Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Flic de papier !

Ceux qui croiraient, en lisant le titre de ma récente lecture, que mon flic est un origami se tromperaient lourdement. Quoique l'homme ne soit ni gros ni grand.

 

En plus ce Flic de papier appartient à Guy Rechenmann qui lui a donné vie.

 

Même si ses copains peuvent l'avoir appelé "Colombo" il n'a rien ou en tout cas pas grand chose du "mentalist" ! Lui manque la rapidité quoi. Parce que au final il enregistre bien, mais confronte plus lentement.

 

Flic de papier, parce que son truc dans la police c'est plus de mettre sur pieds des rapports irréprochables, que de deviner, sous l'aspect angélique des gens, leurs turpitudes les plus banales. Au fond ça l'ennuie que les gens ne soient pas conformes à l'images qu'ils donnent. Mais voilà, le monde des bisounours il n'a jamais connu !

 

C'est que la vraie vie n'est jamais aussi élémentaire, simple, évidente qu'elle voudrait le paraître. Et notre héros, conscient d'avoir eu un démarrage poussif dans la vie, tend à se sous-estimer. Comment un enfant ayant vécu successivement dans trois familles pourrait-il ne pas se sentir moins favorisé, moins aimé et élevé au sens primordial du mot, qu'un enfant ayant des parents ?

 

Oh ! Il s'est battu, il a gravi des échelons partant d'où on l'avait laissé, pour devenir inspecteur de police. Mais sa réussite personnelle n'est pour lui qu'accessoire.

 

Il a été marié, oui, il a même eu un enfant. Pas de lui, mais il a reconnu et adopté celui de sa femme, une fille d'ailleurs. Seulement voilà, on lui a tout pris : femme et enfant. On a retrouvé la voiture au fond de l'eau...

La filature en cours ne plaisait pas à la maffia russe !

 

Cinq ans de dépression, un sentiment de vie perdue. Des médocs pour vivre ou survivre. Et puis la résillience, du moins un mieux. Et surtout à défaut de famille, son ancien flic de binôme, qui blessé dans l'opération menée par eux à perdu un poumon et s'est lancé dans des activités civiles, est toujours là pour lui, et profite de sa liberté pour comprendre, venger peut-être, et apprendre ce que sont devenues la mère et sa fille. Comment faire un deuil sans corps ?

 

Et puis c'est un roman policier donc notre flic doit résoudre une énigme, celle d'une disparition inquiétante d'un père de famille laissant une épouse délicieuse et une gamine adorable.

 

Il lui semble que rien n'avance, et pourtant une mort curieuse lui semble en rapport puisqu'il s'agissait d'un "témoin" ! Mais ça ressemble tellement à un accident bête que l'affaire va être classée. D'ailleurs son commissaire a hâte de conclure. On s'en fout un peu de ces gens "ordinaires" ! On ne va pas mobiliser tout le commissariat pour si peu.

 

Le disparu et le mort sont liés par la moto, et avec eux le petit ami du vétérinaire que le disparu à rencontré sur un circuit. Le vétérinaire qui est lié au disparu par les chats; et puis il possède des chevaux de course, coûteux d'ailleurs, et le disparu sans être un afficionado des champs de courses joue au tiercé quarté !

 

Un mic mac... comment en arriver à rédiger un bon rapport après avoir découvert le disparu vivant ou mort et compris l'éventuel criminel et ses motivations.

 

Sans compter que l'ancien collègue et ami donne des nouvelles : il est sur une piste, notre flic  de papier en a la tête en pleine confusion.

 

Ce roman plaira aux amateurs de romans policiers, de motos, de chevaux, de chats et de la région du Bassin d'Arcachon (personnage important de l'histoire car contourné par terre ou traversé  par bateau,) le bassin est le séparateur et le lien d'une bonne partie de l'histoire policière au présent continu. Pour le passé... c'est plus au froid ! 

 

Mais finalement, si on veut bien comprendre que les morts ne revivent quand même pas, tout se finit relativement bien dans un monde couci couça !

 

Editions Vents Salés (et non pas ventes salées ! Bon OK je sors !)

Flic de papier !
Tag(s) : #Mes lectures

Partager cet article

Repost 0