Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La France à pile ou face ?

Le livre de François de Closets est intitulé : "La France à quitte ou double" et sous-titré : "Pour en finir avec quarante ans de mensonges !"

 

Autant dire tout de suite que ce n'est pas le bouquin que vous lirez pour vous détendre; parce que quarante ans de mensonges politiques ça en fait beaucoup et c'est exaspérant !

 

C'est un livre extrêmement documenté d'un journaliste et auteur bien connu pour son honnêteté intellectuelle et sa franchise. Toutefois on est davantage habitué à ses analyses financières, et si elles comptent pour beaucoup dans cet ouvrage, il est quand même plus politique que d'ordinaire. Du coup il semble plus consensuel que de nature avec les professionnels de la politique, comme s'il redoutait un peu une "Zemmourisation" de son oeuvre.

 

Moi qui suis originaire de la gauche, qui fus ami de feu Léon Hovnanian, médecin et ancien maire de Saint Gratien, dans le jardin duquel, avec Mitterrand, s'est décidé le congrès d'Epinay qui a réuni les gauches socialistes, avec sa fille et François Gayet son gendre à l'époque maire de Saint Leu la Forêt, moi qui ai, par ce dernier, intégré le parti radical de gauche dont j'ai été secrétaire fédéral dans le val d'Oise avec mon ami Elie Elalouf comme président, ce qui m'a donné l'occasion pour des rencontres électorales de faire la connaissance de Manuel Valls et Alain Richard qui ont eu les carrières que l'on sait, moi qui aussi suis franc-maçon, j'ai à la lecture de ce livre des sentiments partagés.

 

Je reviens un instant sur ce dernier point, mon appartenance à la franc-maçonnerie, pour souligner sa seule incohérence - de mon point de vue - car elle affirme justement respecter toutes les opinions et toutes les croyances, mais toutefois recommande d'interdire l'entrée des temples aux électeurs du FN, et quand, par extraordinaire pour l'époque, un frère un peu malléable s'est laissé inscrire dans une liste de candidats FN aux municipales, on en a fait une montagne alors que ce charmant chanteur d'opéra avait simplement suivi un ami, révolté du sort fait à la culture par nos gouvernants mais aussi des favoritismes trop évidents.

 

Je devrais donc, avec mon ami De Closets, être viscéralement anti FN et ne pas me poser de question quand il le dit au début de son livre.

Mon problème c'est que personne n'a jamais réussi à me faire penser ce que je ne pense pas, même si je peux être convaincu par des arguments justifiés et intelligents. Je dis cela pour reprocher à François d'écrire comme naturel, évident et sans discussion que le FN est la pire des voies et que tout le monde doit en être d'accord !

 

Tout le monde ? Non ! En réalité, s'agissant d'un parti "populiste" sa façon de voir les choses ne s'applique qu'aux "élites" qu'il cite souvent, avec ce qualificatif. Nous avons donc d'un côté l'élite, (ou les élites) qui quand même n'a pas brillé par son intelligence ni par son courage politique au cours des quarante dernières années, mais s'est fait remarquer par ses réseaux d'intérêt et son âpreté au gain légal comme illégal, et de l'autre le peuple; qui est forcément populiste et donc pas très au fait des réalités politiques nationales et internationales, si bien qu'en le brossant dans le sens du poil et en appuyant sur certains déclencheurs, à la manière dont ont toujours usé les politiciens et particulièrement les communistes quand il y avait encore une vraie et importante classe ouvrière qui se reconnaissait comme telle, on peut l'amener à penser, dire et voter comme on le veut. Le FN lui a utilisé des déclencheurs vieillots au temps de le Pen père mais qui trouvaient une clientèle auprès des anciens Vichyste et des anciens de l'OAS en y ajoutant quelques vieilles barbes antisémites.

 

Marine le Pen, elle, utilise d'autres boutons dont certains avaient été déjà usés par papa comme le nationalisme (légitime pour moi) et le chômage lié à l'arrivée en nombre de migrants légaux ou illégaux (Mais surtout au départ en Chine ou ailleurs - où l'on peut mettre les populations en esclavage, de nos principales et grandes industries). Mais comme le discours était rejoint et dépassé de loin par les évènements liés à ces cinglés que sont les islamistes (qu'on va essayer de ne pas confondre avec les musulmans dans leur ensemble) l'islamophobie est devenu un argument prépondérant. 

 

François de Closets n'avait certainement pas reçu en publiant les tracts électoraux du 21 mars, voici donc les arguments FN reportés sur toutes les feuilles de campagne !

François de Closets n'avait certainement pas reçu en publiant les tracts électoraux du 21 mars, voici donc les arguments FN reportés sur toutes les feuilles de campagne !

François de Closets, tout au long d'une analyse pertinente et faite d'un regard distancié montre que les gouvernements français sont manipulés par les lobbies, même s'il ne le dit pas avec ces mots. les syndicats d'abord même s'ils ne représentent plus grand monde et vivent aux crochets de l'état ou de la manne malhonnêtement obtenue via de soi-disant officines de formation professionnelle. (Sur ce sujet, ayant été artisan, j'ai été contraint un temps de cotiser à l'AGRR (AG2R) et j'ai été stupéfait de voir qu'avec mon argent on sponsorisait un navigateur comme si l'AG2R était une société commerciale courant après le client, une honte) Ensuite, manipulés ou pas par les syndicats, toute la population des fonctionnaires de l'état qui n'entendent pas qu'on touche à la moindre de leurs prérogatives, puis les grandes sociétés concessionnaires de services d'état ou de trop importantes dimensions pour ne pas "exiger," avec menaces de licenciements à la clé !

Nos gouvernants, dont il se pourrait bien que certains soient honnêtes, voire même compétents, tremblent devant la grogne du peuple, de la populace, des sans dents en somme; et de nombreux rapports prônant des solutions dont la prise en compte il y a longtemps nous aurait évité l'endettement où nous sommes, sont restés lettre morte.

François cite très bien ces documents et donne les coordonnées des endroits où ils sont inscrits.

Il rappelle que l'implantation des communautés étrangères ne se fait pas dans les beaux quartiers où vivent nos politiques et les bobos qui les soutiennent, ce qui les tient éloignés de la vérité quotidienne du "petit blanc" comme il l'appelle.

Mais comme il est honnête, et bien que pour une raison pas encore expliquée à ce moment du livre - car je ne le soupçonne pas de rêver la nuit d'avoir des Roms et des  Musulmans comme voisins - il hait l'idée du FN au pouvoir, on est surpris de l'énumération qu'il fait des problèmes soulevés par Marine le Pen en disant clairement qu'elle pose de vrais problèmes même si elle y apporte de mauvaises réponses. Néanmoins il faut attendre la dernière partie du livre et l'analyse des conséquences de deux au moins des arguments-solution du Front que sont la sortie de l'Euro et peut-être de l'Europe, pour comprendre ce qui lui fait rejeter le FN sans la moindre hésitation.

 

J'ajouterais bien aussi qu'à la place du mot "altérité," très souvent employé, il faut savoir lire "différence irréductible" et que le mot procrastination dont il affuble nos gouvernants signifie : "qui reporte systématiquement à plus tard, au lendemain ou à jamais, ce qu'il faut faire !" Encore un mot qui peut surprendre bien qu'une publicité lui ait donné un peu de visibilité, c'est celui : " d'oxymore" qui signifie à la fois : "subtil sous une apparence imbécile" mais plus généralement le rapprochement de deux termes antagonistes qu'on marie malgré leur apparente contradiction, comme par exemple : "une nuit lumineuse," sans aller quand même jusqu'à : "un politique désintéressé !" mais sait-on jamais.

 

Je n'en dis pas plus car en parler c'est déjà le trahir. Ce livre est trop documenté, trop riche, trop professionnel pour se résumer; et quoique nos deux familles soient amies depuis ma petite enfance, j'ignore toujours comment vote François de Closets et ne m'en préoccupe pas, Ce qui fait bien sûr la différence d'avec les auteurs marqués nettement par leurs affinités, copinages et autres intérêts particuliers. 

Cette capacité pédagogique François l'a-t-il apprise de son père enseignant ? En tout cas il la maîtrise à la perfection, mais comme pour l'étude, en ouvrant son livre on doit aussi ouvrir son esprit, et si je me moque de quelques mots rares c'est aussi pour rappeler que comprendre ce qu'on lit nécessite parfois de petits efforts !

Partager cet article

Repost 0