Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Fausse note de Guy Rechenmann
Fausse note de Guy Rechenmann

Je vous ai donné ici même un compte rendu de lecture du "Flic de Papier" du même auteur. Eh bien notre Anselme Viloc part à nouveau sur une de ces enquêtes où les coïncidences ont un grand rôle.

Quand j'ai commencé la lecture, je me suis demandé si Guy et Claudine Candat pouvaient par hasard avoir une même philosophie. Mais qu'est-ce que je raconte, le hasard n'existe pas, les deux sont d'accord sur ce point, au mieux il y a de très étranges coïncidences. Pour ceux qui ont lu de cette dernière : "Elwig de l'auberge froide" qui se passe sur plusieurs périodes historiques, la coïncidence est flagrante. Mais après tout, ce qui est l'Histoire pour certains poussins est simplement une partie de notre histoire. 

 

Allons, je dois cesser cette ambiguité. Fausse note se lit aussi à cheval sur deux périodes : celle de la guerre et des camps, et puis celle, récente, ou notre enquêteur de choc effectue son travail.

Comment passe-t-on de l'une à l'autre ?

Eh éh ! Vous ne croyez pas que je vais vous dévoiler l'intrigue et vous priver du plaisir de la découvrir à mesure du récit. L'enquête porte au départ sur la disparition d'une jeune fille. Rien qui remonte à la guerre. Cela fait plusieurs mois, pas loin d'un an qu'elle a disparu. Des parents insignifiants, embrouillés dans une vie où ils se noient. Le père, se décide enfin à signaler cette disparition. Peut-être parce qu'il est culpabilisé par un horrible cauchemar. Un cauchemar rêvé alors qu'il avait prévu de se libérer de cette vie subie. 

 

Anselme sait que les gens savent des choses en ignorant qu'ils les savent. C'est donc très méticuleusement qu'il note ce cauchemar et ses personnages. D'une certaine façon il les retrouvera dans la vie. Coïncidences ? Ou sans doute cette synchronicité Jungienne qui ignore le hasard ?

 

Alors Anselme cherche "le garçon" ! Parce que bien entendu une jeune fille musicienne aussi douée et belle que celle qu'on lui a décrite doit avoir un fiancé, un petit ami, un copain quoi... c'est dans les gènes. Et il a existé, effectivement. Malheureusement peu après la disparition de sa fiancée il s'est tué en faisant de la planche !

Il s'est tué ? 

Anselme trouve la coïncidence un peu grosse. Ne sachant rien sur la jeune fille, et le jeune homme ayant été incinéré après son accident fatal, il cherche ceux qui ont connu ce dernier. Sa famille bien sûr. Mais aussi ses relations.

L'enquête sur la disparition de la jeune fille va donc aller de pair avec une enquête sur la mort du jeune homme. Parce que si Anselme ne sait pas tout, ses amis ou les amis du jeune homme sont quand même assez au courant du planchisme. Or cette nuit là l'océan était d'huile, tout le monde sauf lui le sait, et pour se tuer avec une planche il aurait fallut se la faire tirer par un canon.

Mais Anselme est un homme à chats, on l'a déjà vu dans le flic de papier. Or certains chats sont spéciaux et à leur façon ils racontent eux aussi des histoires ! Il faut les décrypter ! 

 

L'histoire parallèle qui se passe durant la guerre est - sinon l'explication du présent continu, - du moins son générateur. Une histoire belle, triste, de celles qui malheureusement auraient tort de finir bien. 

 

Allons, un chartreux aidera Anselme à découvrir ce qu'il ne cherchait même pas. Car durant l'enquête un troisième personnage disparaît. Au fond; les victimes sont elles capables de devenir bourreau ?

Partager cet article

Repost 0