Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pourquoi respecter notre si belle langue !

( Un titre d'entrée qui n'est pas sans évoquer, et pour cause, "La langue de chez nous" d'Yves Duteil !)

Je ne devrais pas avoir besoin de rédiger ces lignes, mais il semble bien que nombre de Français n'ont pas conscience des conséquences "modernes" d'une mauvaise orthographe comme d'un français défectueux.

Le français est une langue qui s'est incorporée de nombreux apports d'origine étrangère, relatifs à des objets, lieux ou sciences qui existent ou ont vu le jour ailleurs qu'en France. Pour autant et grâce à l'Académie elle n'a rien perdu de ses propres locutions ce qui en fait une langue riche, et dans laquelle, comme le dit si bien monsieur Bouasse, un dictionnaire "dit des synonymes" permet au premier coup d'oeil de trouver ou retrouver ce mot précis qui vous "tourne autour de la langue*" ! Car le français possède des mots et des expressions propres, amusantes parfois, mais tellement significatives.

Les états unis d'Amérique n'ont pas, semble-t-il, une académie capable de faire respecter, au moins, une orthographe. L'anglais scolaire que j'ai étudié jadis est évidemment incompatible avec les balbutiements langagiers de ces américains qui écrivent volontiers à une fille : "U 're a fine gurl" ! Le malheur c'est que ceci devient presque aussi courant en France.

Je vais d'abord insister sur la valeur légale des mots. C'est que, oui, les mots utilisés dans les rapports avec autrui ont un sens légal.

Que vous utilisiez un mot maladroit et vous pouvez vous retrouver devant un tribunal pour : "injure publique," "insulte à détenteur ou dépositaire de l'autorité"... etc etc, Ou que vous vous engagiez par contrat sans avoir bien compris à quoi et dans quelles conditions financières, par manque de finesse dans la distinction entre différents mots qui vous semblent équivalents, mais qui en réalité sont parfois des : "pièges à cons" (expression bien française), vous comprendrez alors toute l'importance d'une bonne intelligence (interprétation, compréhension) des textes écrits !

Et non, il n'est pas indifférent qu'un mot ou plusieurs soient écrits au singulier ou au pluriel. Le pluriel peut vous engager sur plusieurs points quand vous croyez prendre un engagement simple. C'est ainsi que sur Internet, par exemple, vous risquez de vous retrouver avec un "abonnement" qui vous contraint plusieurs années alors que vous avez cru "acheter" une application une fois pour toute (je simplifie beaucoup).

Alors il y a un autre point qu'il est facile de vérifier ici, sans quitter le Net, c'est celui de la traduction !

Depuis toujours on utilise une expression qui, je crois, nous vient d'Italie et qui dit : "Traducteurs, traîtres" (traduttori, traditori) ! C'était vrai d'hommes ou femmes possédant mal la langue d'origine (surtout en ce qui concerne des expressions du style : "pièges à cons" que j'utilise plus haut en français,) mais bien entendu c'est encore plus vrai avec les traducteurs automatiques style google (qui est loin d'être le pire) ! Allez simplement sur la page d'un de ces liens que vos amis ne manquent pas de mettre avec un joli chat amusant ou un crocodile mangeur d'homme (un requin, un bébé qui s'esclaffe... enfin, toutes les âneries habituelles) et qui vient d'un pays comme la Russie, l'Inde, l'amérique hispanophone voire lusitophone, et demandez à Bing ou à Google (si vous pouvez faire un copier-coller) de le traduire.

Oui, j'imagine bien que vous l'avez déjà fait et que vous savez comme c'est décevant.

Rassurez-vous en sens inverse ça n'est pas mieux, parce que soit le scripteur d'origine écrit sa propre langue avec beaucoup de fautes qu'une machine ne cherche pas à comprendre ni interpréter, soit que la machine comprend les mots mais ne sait pas traduire les expressions typiques et que le "mot à mot" donne des "coq-à-l'âne" réjouissants mais incompréhensibles !

D'ailleurs il suffit assez d'imaginer le scepticisme d'un britannique devant la traduction littérale de cette expression là, que ce soit par "cock at donkey" ou cock to donkey" ! Par chance Google traduit cela intelligemment (mais c'est une expression très ancienne et très connue, celle là) par : "one subject to another !" Il n'empêche que c'est un sens possible (passer d'un sujet à un autre, sans rapport entre eux) mais incomplet car ce "coq à l'âne" signifie aussi, selon le contexte, "induire son interlocuteur en erreur par la continuité apparente d'un discours alors qu'on a changé de sujet" ou désigne encore un : "Trouble de la pensée se manifestant par un discours accéléré, sans suite ni liaison"!

Par contre si on prend l'expression "pont aux ânes" (qui vient du latin comme pratiquement toutes - pons asinorum) Google moins informé parce que moins sollicité, vous traduit : "Bridge donkeys," ce qui n'a évidemment aucun sens, et surtout pas ce "refus de se rendre à l'évidence" qu'implique notre expression. Par contre si vous utilisez ces mots plutôt qu'une expression, Google traduira correctement : "refusal to face the facts" !

Pour nous amuser je demande à la machine Google de traduction (nettement supérieure à Bing qui, par exemple, confond le néerlandais et l'afrikaans) de traduire une phrase défectueuse ! Je vais choisir d'écrire ceci : "Lè gausse jouait dans la cours" et demander la traduction en espagnol ce qui donne : "Lè empuja la diversión en el juego en curso !" ce qui traduit de nouveau en français donne : "Lè se moque de la partie en cours !" et en anglais : "Pokes fun playing the course" autrement retraduit en "si j'ose dire, français" : "Lè pokes plaisir à jouer dans le cours " !

Ni dans un cas ni dans l'autre on ne retrouve l'idée simple d'enfants jouant dans une cour (de récréation, et non un cours d'eau ou celui de la Bourse)

Cherchez l'erreur !

Et du coup faites bien attention; car celui qui parle, écrit et comprend mal sa propre langue ne peut absolument pas compter sur un traducteur; ni pour comprendre un texte étranger, ni pour vérifier que ce qu'il écrit et dont il demande la traduction est conforme à sa pensée.

* Google traduit en anglais : "revolves around language" plutôt que : "revolves around tongue" et ne me demandez pas pourquoi ce choix entre les deux mots anglais correspondant au mot français. Français qui, lui aussi, possède le mot "langage" ! Mais dans un cas comme l'autre, ça n'a pas le sens du français ! Par contre en espagnol il dit :"gira en torno a la lengua" ce qui est conforme au mot à mot, mais j'ignore si pour un hispanisant ça a le même sens qu'en français.

Partager cet article

Repost 0