Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

On n'a pas partout des commodités télescopiques pour l'embarquement et le débarquement. Pas à Louxor ou Charm el Cheik en tous cas. Et pas non plus au terminal 3 de Roissy vu qu'il est destiné aux pauvres en charters 

                                            

 

Mais sur le sundeck le soleil ne sait même pas ce qu'est un nuage. Il pleut tous les quinze ans au mieux, quelques gouttes !

 

                                           

La précédente fois que j'ai passé une écluse c'était sur la Villaine, mais ma péniche était moins grosse.

                                          

Là, nous sommes dans une dimension supérieure, quand même ! (Celui-ci est en cale sèche)

 

Et puis en Egypte il traîne partout des tas de pierres pleins de graffitis. Ah ! Je vous jure, ces gens là sont de très mauvais exemples pour notre jeunesse.

Remarquez, si on aime les colonnes, c'est pas si mal. Mais alors bonjour l'épicerie la plus proche. Et je ne vous parle même pas du nom du coin, c'était... euh... Edfou. Non, mais vous imaginez : Edfou ! comme asile psychiatrique !

Comment peut-on s'intéresser à ces vieilleries pendant la coupe d'Europe de football ? Heureusement j'avais mon bob souvenir du Brésil pour les rappeler à l'ordre. Mais à Philae ils ne partagent que les bateaux à voile avec les Brésiliens.

 

 

Le papa pilote le bateau et fait payer le passage, l'adorable bambin, lui, vend des bracelets en bois et coquillages. Pas trop tôt pour gagner sa vie dans un pays où l'école n'est pas vraiment obligatoire et où il n'y a ni sécurité sociale ni cotisation de retraite. Le salaire moyen est de 1000 livres, soit environ 125 euros. Une gueule d'amour mais déjà tant de soucis d'avenir !

 

Bon, d'accord, ce soir là c'était soirée déguisée. N'empêche, je ne me suis pas gêné pour sortir comme ça. Sauf le chapeau toutefois, auquel je préfère le turban. J'ai dû être Indou pas trop dur dans une autre vie. Ma femme, quoique déguisée en Madame Irma, n'a pas été fichue de deviner le bon numéro à la loterie. Ceci dit, comme nous n'y jouons pas, ça ne change rien. Derrière moi, debout sur le haut barrage d'Assouan, le Lac Nasser.

Des potes ! Pour un bakchish ils vous rouleraient une pelle ces mecs là. D'ailleurs ma femme a testé pour vous. Pas étonnant que les voyous en profitent pour faire des graffitis . Nan mais je vous demande un peu, hein ! Les gardiens font les beaux !

Et pendant ce temps là.... Surtout ces cochons de Français. (Les expéditions françaises, à la poursuite des Mammelouks, ont laissé des inscriptions en français, mais je vais retrouver les photos un jour parmi les 1500 ou plus que j'ai prises avec mes deux appareils)

J'ai retrouvé, et amélioré le relief, mais pas au point d'être lisible dans ce format. Voilà ce que ça dit : (Sauf parties illisibles ou incertaines

L AN VI DE LA REPUBLIQUE

LE  . .  MESSIDOR

UNE ARMEE FRANCAISE COMMANDEE

PAR BONAPARTE EST DESCENDUE

...... ALEXANDRIE

L ARMEE AYANT MIS VINGT JOURS

APRES LES MAMMELOUKS EN FUITE

......AUX PYRAMIDES

DESAIX COMMANDANT LA

PREMIERE DIVISION LES A

POURSUIVIS AU DELA DES

CATARACTES OU .. EST ARRIVES

LE XIII VENTOSE DE L AN VII

LES GENERAUX DE BRIGADE

DAOUST, TRIANT ET BELLIARD

DON.ELOT CHEF DE L ETAT MAJOR

LA TOURNERIE COMM DT L ARTILLERIE

EPPLER CHEF DE LA ......LEGERE

LE III NIVOSE AN VII DE LA REPUBLIQUE

.......

CASTEX . SCULPTEUR

 

Mais bon, cochons mais moins bêtes que les Grecs qui sont allés mettre des gargouilles dans un pays où il n'est jamais tombé une goutte de pluie. Euh là c'est Kom Ombo, j'ai bon ? Je suis descendu dans un sous-sol tout noir vérifier le niveau du Nil dans le Nilomètre. Idée curieuse, le Nil on l'aperçoit de partout !

En voyant ce graffiti sur tous les pylones, je me suis dit que les Egyptiens aimaient le tennis. Normal c'est Winbledon en ce moment. Mais non, il ne tient pas une raquette mais une sorte de fléau et dans l'autre main ses ennemis par les cheveux qu'il tue à grands coups. Bon, c'est traditionnel il paraît ! Leur façon de mettre "Welcome" sur le paillasson quoi, sauf que c'est moins accueillant !

Certains gaffitis sont en reliefs, ils disent des "hauts reliefs", tandis qu'au dessus c'est gravé très haut mais c'est en creux, alors c'est des bas reliefs (travail de bougnoule quoi) Faut suivre hein. En tous cas les Ptolémés qui étaient des dynasties Gréco Romaines mettaient un sein aux femmes et Déesses, c'est plus facile à repérer que d'autres symboles qui supposent de connaître tout sur les Dieux !

 

Saviez-vous que les abrutis qui ont bousillé à peu près toutes les images dans les églises Byzantines, je veux dire les inconoclastes, avaient des copains chez les Coptes qui, en occupant certains temples transformés en églises, en ont profité pour massacrer les visages des reines, pharaons et déesses.

Même les musulmans, dont le Coran interdit la représentation humaine, ne se montrent pas aussi stupides. Mais quelle tristesse !

Je voulais vous dire, l'escroc qui a refilé un obélisque à la France en promettant le deuxième pour le même prix, ben il l'a jamais livré et du coup il fait un peu seul à Louxor, décentré qu'il est. Mais lui au moins, il a gardé ses babouins au pied, celui de la Concorde ne les a pas, bien qu'ils aient été enlevés en même temps; mais ils sont au Louvre. Faut toujours tout compliqer en France : au Louvre, ils n'ont aucun sens, leur symbole c'est qu'ils poussent des cris au lever d'Amon-Rê (le soleil) dont l'obélisque représente un rayon. Séparés de l'obélisque ils perdent toute signification de réveil-matin.

 

Une particularité de Louxor : Le dernier pylone construit (donc celui par où on entre à présent, le plus extérieur au Naos) n'est pas dans l'impeccable alignement du reste. L'explication est simple bien qu'inattendue, son constructeur (Pharaon on va dire, j'ai oublié son nom et son immatriculation) voulait que cette entrée et sa cour soient dans l'alignement des sphinx jusqu'à Karnak à quelques kilomètres de là. Or, tel que le temple avait été initié par ses prédécesseurs, prolonger dans l'axe, c'était plonger dans le Nil à cent mètres.

Face aux sphynx de Louxor, côté Karnak, ce sont des représentations sacrées des Béliers d'Amon-Rê (ou Râ, c'est pareil) Et ne dites pas "sphynx" qui se doivent d'avoir un visage humain et un corps de lion.

Je voulais photographier cette peu commune statue de scarabé sacré à Karnak. Moyennant bakchish, un policier m'a fait entrer en zone interdite et m'a photographié lui-même. (Et arrêtez, s'il vous plait, de regarder mon gros ventre)

Toutes ces photos sont perso, et donc vous pouvez les copier sans complexe, elles gardent une qualité suffisante pour être agrandies en cas d'intérêt particulier. Mais elles sont aussi disponibles sur mon site 9 gigas. Donc si certains veulent des images en qualité d'origine, il suffit de demander pour que j'envoie une invitation.

 

Bon sang ! Quel entassement cette entrée. Mais pour une fois vous échappez à ma diarrhée verbale. Ne vous y habituez pas quand même.

J'aurais quand même dû vous parler du haut barrage d'Assouan et surtout du lac Nasser qui en résulte. Une véritable mer intérieure joignant l'Egypte au Soudan. Plus de la moitié de la longueur de la France et large de plusieurs dizaines de kilomètres par endroit. Sa naissance à modifié même le climat, puisqu'à Assouan on a vu des nuages et mêmes des gouttes de pluie. Mais le problème c'est surtout les nappes d'eau phréatiques, ou ce qui en tient lieu tout au long du fleuve, faisant remonter des sels dans des terres arables qui du coup ne le sont plus. C'est qu'auparavant, le Nil avait ses crues bien sûr,et ses étiages : l'eau ne s'infiltrait pas en profondeur comme elle le fait à présent. Ah ! Mais par contre, le fleuve est navigable toute l'année et le barrage produit 20% de la consommation électrique du pays. Voici les panneaux de l'autorité du haut barrage.

 

A noter que si l'essentiel des barrages est construit en arche couchée en béton, appuyée aux extrémités sur des enrochements, le choix du site étant généralement un rétrécissement important du lac existant ou à venir, nous avons ici affaire à l'une des premières structures modernes de barrage pierres et sable sur des largeurs, base et sommet, sans commune mesure avec les précédents. Il existe en Espagne un barrage de cette nature qui date des romains  (non, du 14° mais quand même) et sert toujours, d'où la précision "structures modernes" car "on y revient" surtout depuis Malpasset (Fréjus) dont on se souvient qu'il céda en 1959 tandis qu'Assouan était construit en 1960

(Malpasset était du type "barrage voûte," donc en arche couchée, et n'avait jamais été mis en eau avant les pluies torrentielles et inattendues de 1959 qui firent l'ultra-plein alors qu'on ne pouvait pas ouvrir les vannes en raison de la construction de l'autoroute juste en dessous. La peur de briser un ouvrage en cours de réalisation a fait 459 morts. On ne fait pas toujours le bon choix. Un entrepreneur refusant son expulsion - qui a donc empêché la mise en eau et les tests - porte sa responsabilité du bilan. L'architecte, lui,  est mort quelques mois plus tard.)

Comme quoi, chaque fois que l'homme touche à la nature il fait des conneries. Mais ça, nous le savions déjà ! N'est-ce pas ?

 

 


 

 

Le temple funéraire d'Apshetsout. Panorama constitué de deux photos (salut Marie, Brigitte, Jean Claude)

 

     

 

Tag(s) : #reprises d'aol

Partager cet article

Repost 0