Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mon cher fils,

Je n'ai pas pu, seul, changer la face du monde. Peut-être par manque d'ambition, mais surtout parce que c'était un combat sans espoir face aux lobbies qui sont aujourd'hui comme des groupes guerriers, font régner la terreur, et manipulent les responsables comme des marionnettes. L'image est éculée mais elle est si proche de ce qu'on constate.

Je te lègue donc un monde basé sur le pétrole et l'uranium, dans lequel il n'y a plus guère ni de l'un ni de l'autre. Les lobbies se sont opposés à toutes les recherches qui auraient permis de les économiser, et trouvent, auprès des primates que sont beaucoup de nos congénères, des relais bien utiles à leur volonté. Tels se plaignent du bruit des éoliennes, tels autres n'entendent pas qu'on gâche les sites prestigieux mais désuets par des panneaux photo voltaïques, d'autres encore sont de tels profiteurs que leurs services sont inaccessibles, sans compter que l'administration reprend d'une main ce qu'elle prétend offrir de l'autre.

Tu aurais dû naître en bonne logique dans un monde propre et silencieux, je te lègue un monde de boue et de pollution, bruyant, dangereux, et où en plus, cerise sur le gâteau, les injustices sociales multiples ont généré une totale insécurité ! La délinquance violente se justifie elle-même, - car elle est injustifiable philosophiquement, - par le chômage et la suppression progressive des postes non-qualifiés, seuls accessibles aux esprits les plus simples.

Elle se conçoit parce que, dans un monde d'injustice et de danger, l'attrait des alcools et autres drogues et substances a généré un trafic lucratif criminel qui ne s'embarrasse d'aucune contrainte morale : le gosse amené insidieusement à la drogue est déjà presque mort, et déjà aussi orienté vers la délinquance, seul moyen pour lui de se payer sa dose.
Et je ne vais pas pleurer les "règlements de compte entre gens du milieu" même si ces pauvres cloches trinquent pour les hauts responsables du trafic qui sont confortablement cachés derrière une position sociale qui les met en théorie à l'abri des suspicions !

J'avais pensé pour toi un monde où chacun n'aurait travaillé que quelques heures par mois, depuis chez lui le plus souvent, où les transports individuels silencieux se seraient effectués à bord de véhicules électriques, peut-être même guidés et réglés par des installations tout au long des routes pour éviter accidents et embouteillages en optimisant les temps de trajet. Un monde d'avions à hélices pouvant utiliser l'énergie de piles à combustibles à hydrogène (ce que ne saurait faire un réacteur)

Dans ce monde, les contacts humains auraient été favorisés par ce temps libre et ces moyens, non honteux, de se déplacer, facilitant les échanges entre cultures, l'avion même étant réservé aux transports à destination des pays où ne peuvent mener des moyens ferroviaires ultra rapides conduisant au coeur des villes.

Je voulais pour toi un monde d'artistes, et de savants, cherchant pour eux, et pour les autres, des réponses à des questions non vitales mais prégnantes, sur l'univers dans le macro et sur la constitution de la matière dans le micro. Mais ces questions n'étant pas génératrices de fortunes, et donc soumises à l'intelligence des gouvernants, sont restées la "bulle" de quelques esprits supérieurs mais dépourvus de moyens, et parfois manipulés eux aussi pour des intérêts que je ne comprends pas moi-même, sans doute parce que je vis sans aucun dieu, pas même le dieu dollar, et m'en porte bien.

Ce monde demandait quand même quelques efforts d'adaptation, car notre planète ne nourrira pas la population qui se profile quand elle ne peut déjà pas nourir l'existante. Mais c'était un effort dans la logique de l'univers qui pour la sélection des meilleurs nécessitait ne ne conserver que les plus réussis de ses enfants. Une possibilité qui est dans nos moyens techniques si, après avoir accepté de réduire sensiblement la population mondiale par un contrôle strict des naissances à 1 enfant par couple, on en était venu au "remplacement" avec deux enfants par couple ; alors que les examens prénataux permettent de prévoir de mieux en mieux les tares et maladies génétiques justifiant de choisir quelles grossesses poursuivre quand on doit les limiter.

Oh certes, ce dernier paragraphe n'aurait pas trouvé grâce aux yeux mêmes de la plupart de mes amis.
 Il faudra donc qu'une famine mondiale dégénère en conflit armé, probablement avec utilisation par les peuples les plus primitifs des armes les plus mortelles comme l'arme atomique, et que, outre la tuerie géante qui s'ensuivra, une grande majorité des terres deviennent impropres à la vie et a fortiori à l'exploitation agricole pour des millénaires. Ce qui n'arrangera pas la vie des survivants, s'il y en a.

Comme toujours ces guerres prendront appui sur des injustices réelles ou supposées, mais surtout seront les prétextes de groupes religieux à imposer au reste du monde (aux restes serait plus vrai) leur culture, leur religion, leur façon de concevoir les rapports humains. Et moi, l'athée, je plains toutes ces victimes à venir comme je plains aujourd'hui les femmes afghanes de la minorité chiite qui vont devoir, de par la loi, rester enfermées chez elles, incultes, se soumettre sexuellement à leurs maris, pas forcément choisis par elles, quand bon semblera à l'homme ; et tout ceci sous la tutelle de l'occident qui est censé générer plus d'égalité et de démocratie dans ces terres primitives.

Tu vois, mon fils, l'espoir est maigre même s'il n'est pas nul. Les gens qui aujourd'hui font et défont peuples et lois sont des minables qui ne s'intéressent qu'à leur sort, le temps de leur brève existence, et parfois mais rarement, au sort de leurs enfants immédiats.
C'est dire que les problèmes qui surgiront de façon dramatique dans cinquante ou cent ans ne les concernent pas, et si nos ancêtres avaient eu le même mode de réflexion nous n'aurions certainement ni les châteaux de la Loire, ni Versailles, ni les nombreux canaux et tunnels qui ont demandé une vie de labeur et de nombreux morts pour être menés à bien avec les techniques de l'époque, ni bien sûr les pyramides et d'autres grandes oeuvres comme le canal de Panama ou celui de Suez. Tout cela demande trop d'investissements hasardeux et de temps pour espérer en profiter à titre personnel et, curieusement, alors que nous disposons de machines extraordinairement efficaces économisant le travail de milliers d'ouvriers manoeuvres par rapport au réalisé ancien, ces travaux, ces chantiers imaginaires, imaginables, sont devenus inabordables car la sur facturation, l'abus, les enveloppes, sont devenus la règle.

Voilà mon fils le pauvre monde dont je te lègue une part. Tu y vivras comme tu pourras. Essaie de t'y montrer fort mais néanmoins honnête, tâche autant que faire se peut de ne pas être des bourreaux ni des victimes, conduis ta vie de sorte que les esprits s'éveillent ; et mets tes talents à la disposition des autres : la nature ne te les a pas donnés pour que tu en fasses un usage égoïste ou les laisses en jachère.

Pour cela tu devras te soumettre à un auto examen qui mettra tes qualités particulières, tes talents, en évidence. Ils te nourriront, il le faut bien, et seront utiles aux autres.

Mais surtout ne confonds pas les talents que tu aurais aimé posséder avec ceux que tu possèdes ; car alors tu serais un raté dans ton art, et ta vie se solderait par une suite d'échecs et de déconvenues.

Bien entendu mon enseignement n'est et ne sera qu'une maigre part de ton acquis global. Des maîtres, des parents, des institutions, des employeurs, des amis, des collègues, des voisins s'efforceront de te convaincre de leurs propres idées ;  tu devras faire un tri sérieux. Fais le, car certains si pas tous, possèdent des parts de vérité. Efforce-toi de la découvrir dans les scories d'idées fausses qui sont la gangue du diamant brut de la pensée.
Les plus brillants ne sont pas nécessairement les plus sages : ne confonds pas charisme et intelligence, ne confonds pas manipulation mentale et honnêteté intellectuelle. On doit toujours soupçonner l'autre de visées personnelles ou de manque d'intelligence réelle, et tant pis si l'on a tort, mais c'est la condition pour toujours faire l'effort de ne rien accepter qu'on n'ait reconnu vrai par soi-même.

Au temps que les savants et les philosophes, soutenus par la croyance en un Dieu qui récompense, écrivaient dans l'espoir que leurs dires dépasseraient largement leur temps de vie, beaucoup d'idées importantes ont été offertes au public. Il n'y avait ni droits d'auteur ni traduction mondiale et pourtant leurs oeuvres ont traversé le temps parce qu'elles comportaient plus de vérité que la plupart des thèses d'aujourd'hui qui ne cherchent qu'à soutenir les activités lucratives et se vendre pour le gain.
Ces auteurs modernes sont suspects, on les préférerait plus égocentriques et attachés à ce que leur mémoire perdure au delà de leur mort.
Au moins, soumettant leurs écrits à l'épreuve du temps, seraient-ils sans doute plus proches de toute vérité pour avoir plus profondément examiné les questions traitées et s'être entourés de conseils et de sources sures avant de s'exprimer.

Mais de ces écrivains, philosophes et scientifiques, la race s'éteint. Il reste les poètes et les romanciers pour nous faire rêver.
Rêver est utile, mais il y a un temps pour le rêve et un temps pour l'action ; n'oublie pas le second pour te vautrer uniquement dans le premier, à moins que tu ne veuilles aussi partager les paradis artificiels des larves.

Et souviens-toi enfin que plus encore que la volonté d'argent, c'est le pouvoir que les hommes visent à travers lui. Ces hommes avides de pouvoir ne favoriseront certainement pas une société où l'on se passe fort bien d'eux. Il faudra donc défendre tes idées et les répandre, non pas pour prendre le pouvoir à ton tour, et trahir, mais pour imposer la justice à travers le bons sens et la logique. Car même si la vie individuelle de chacun n'a pas à être conduite par une logique brute forcément  inhumaine, la société dans son ensemble ne peut pas en faire l'économie.

Je t'embrasse mon fils en souhaitant que tu saches faire mieux que ton père.

Tag(s) : #Philosophie

Partager cet article

Repost 0