Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Depuis trois jours nous avons un beau soleil  et même si demain la pluie doit repasser nous voir, nous essayons d'en profiter, malgré les aléas d'une santé chancelante pour ma part.

En raison de ces petits problèmes de santé j'ai dû pour un certain temps me contenter d'observer le monde de derrière la fenêtre de la chambre. Ce n'est pas si désagréable, et si la fièvre voulait bien me lâcher un peu, le spectacle des pyrénnées dans le lointain, des allées Niel au plus près, et de toute l'activité occulte des marchands qui viennent cloper dans la courette de leur immeuble, c'est à dire sous mes yeux, me paraîtrait presque intéressant .


En attendant de retrouver la moëlle, et tandis que ma fille et ma femme avec les enfants, sont parties faire un tour dans ma caisse, j'observe un autre monde : celui des oiseaux.

Les pigeons sont installés ici de façon immémoriale, mais cette année comme l'année dernière, les hirondelles sont revenues établir leurs nids dans le secteur très réduit que représente l'arrière de notre maison et la maison en face.

 Du coup pas un pigeon n'ose venir sur les toits concernés par cette déferlante, plus menaçante sans doute que bien efficace, encore que les petites bestioles paraissent très agressives, a repousser les pigeons - gras comme des moines - aux maisons voisines. Mais ils respectent ce territoire, que dis-je cette enclave, où les immigrées font la loi.



Mysti, l'une des deux chattes de ma fille ne quitte plus notre chambre que pour manger. Sur l'appui de la fenêtre elle guette, attentive, désolée que les grosses bêtes lentes ne viennent plus à portée de griffe.
Peut-être cultive-t-elle l'espoir de se faire les jeunes hirondelles à naître. Elle a raté la nichée de l'an passé parce qu'elle manquait d'entraînement, mais je suis convaincu qu'elle compte bien se rattraper cette année.

Au moins cette double présence d'oiseaux qui semblent se haïr, m'a fait penser à cet autre envahissement dont nous somme victimes jour après jour par d'autres bestioles méchantes et menaçantes qui ont transformé les banlieues en zones de non-droit (formule consacrée) et qui armées de leur appétit et de leur haine font reculer les français bien gras qui ne se posaient aucune question sur leur avenir ni celui de leurs enfants. D'une certaine façon il y a désormais des "hirondelles" humaines, de quelques différentes espèces plus ou moins foncées, qui ont squatté une partie de notre pays et qui profitent du manque de courage des habitants d'origine pour étendre leur territoire de l'intérieur.
Peut-être que les pigeons finiront par se rebeller, mais alors ils auront face à eux des troupes entières et affutées, et armées aussi, et l'issue de la bataille sera quand même assez imprévisible avec de toutes façons de très nombreux morts et blessés.
Est-il nécessaire de parler de délinquance et d'insécurité avant de faire tout simplement respecter la loi ? Est-il légitime de tout accueillir au prétexte que nous avons eu de la chance de naître ici ?

Il y a quand même des espèces dont la fréquentation est terriblement déconseillée et toutes ne sont pas aussi évidentes que celle-ci à reconnaître !

Bon, une fois de plus je suis revenu sur ce terrible dilemme : être ou ne pas être protectionniste. Penser à l'avenir de nos enfants, chez eux, ou s'en foutre dans l'idée qu'ils n'auront qu'à se démerder.

C'est une question terriblement angoissante, et d'autant plus que chaque jour qui passe renforce ces coucous !


Tag(s) : #Nouveaux articles

Partager cet article

Repost 0