Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En ce début du 21° siècle où, paradoxalement, les guerres de religions n'ont jamais été si meurtrières; la question de la croyance ou de l'incroyance peut se poser de façon d'autant plus cruciale que dans un avenir proche ou lointain ce peut être ce choix qui déterminera liberté ou prison, un peu à la manière dont les communistes chinois et leur petit livre rouge ont jadis tenté de "rééduquer" les intellectuels.

Elevé par des prêtres et des religieux (Maristes et frères des écoles chrétiennes) on m'a évidemment bourré le crâne de notions religieuses et de "mystères" à trois balles qui dès mon adolescence sont entrés en conflit d'abord avec le bon sens, ensuite avec les données scientifiques existantes sur l'univers (fini mais sans bord comme un trou noir ?)
La question de savoir s'il est nécessaire qu'il y ait ou y ait eu un dieu pour générer le "big bang" n'est qu'une façon de repousser le problème. Admettons que nous retenions l'hypothèse d'un dieu tout puissant et omnscient qui ait créé l'univers (pour se distraire d'un mortel ennui peut-être ?) il reste à déterminer qui a créé ce dieu ou pourquoi il existe et si l'univers n'est qu'un caprice.
D'ailleurs je parle d'un dieu omniscient ce qui est ridicule, car un dieu qui aurait créé l'univers en en déterminant chaque caractéristique serait forcément omniscient, c'est l'évidence. Omnipotent c'est l'enfance de l'art puisqu'il est l'organisateur des détails qu'il a voulu, omniprésent par contre c'est ridicule : le créateur est extérieur à sa création et non inclus dans elle : ce dieu ne partagerait donc ni notre espace ni notre temps (qui est une composante de la création, je vous renvoie aux relativistes aussi bien qu'aux promoteurs de la grande unification) et ce dieu extérieur  à sa création ne saurait s'y insérer sans ressembler à un gamin qui veut entrer dans son jouet.

Un dieu n'a pas besoin de nous même si nous pensons avoir besoin de lui. La peur de puissances terrestres, bien tangibles elles, a été à l'origine de ces croyances enfantines. L'orage, le tremblement de terre, la tempête, les averses de grêle et la chute des astéroïdes, plus nombreuses jadis qu'aujourd'hui, le volcanisme et autres manifestations de la "vie" de notre planète sont les "signes" qui ont servi aux anciens à imaginer une volonté derrière ces phénomènes naturels catastrophiques. Comme les parents menacent les enfants du grand méchant loup, de l'ogre ou du monstre du placard s'ils ne sont pas sages, les vieux de l'époque se sont senti naître un pouvoir en feignant ou croyant interprêter les volontés de ces dieux, ce qui leur a permis de manipuler les foules bien au delà de leurs forces physiques ou de leur puissance de clan. Foules, foules, le mot est peut-être un peu grand pour les communautés primitives, mais c'est une question d'échelle, on peut imaginer qu'avant les voyages et quand la famille était le noyau essentiel du groupe, la réunion du village constituait ce que nous appellerions une foule qui est une grande proportion des habitants à un moment donné.

Alors ces dieux (on a commencé par en avoir de très nombreux, plutôt d'ailleurs des esprits des animaux, des arbres, des rochers (animismes) et puis comme déjà dit des phénomènes naturels qui conduisaient les incas et tellement d'autres à sacrifier des victimes humaines pour apaiser les dieux à la moindre mauvaise récolte ou éruption dangereuse. Ces dieux donc avaient le double mérite de permettre la maîtrise des forces par l'intelligence, et selon des critères que nous ne partagerions sans doute plus, mais qu'importe, de faire règner une certaine morale.
Sans religion la morale s'étiole. Sans enfer la prison n'effraie plus. C'est la seule raison qui m'a conduit jusqu'à présent à ne pas être un athée militant, même ci ce mot d'athée me gêne, parce que je manque toujours de réponse au "pourquoi" de cet univers. Réfuter les dogmes me paraît naturel et utile. Mais quand je vois ces religions, qui au départ n'étaient pas plus imbéciles que d'autres, conduire des adultes à faire suicider leurs enfants (souvent les plus intelligents) pour des raisons qui ne sont que politiques et même, soyons objectifs, manipulées par des financiers, je commence à penser que laisser les gens "croire" devient criminel.

 Les croisés contre l'Islam est une vieille affaire et les salamalecs du pape d'aujourd'hui qui va brosser les musulmans dans le sens du poil montre à quel point tous ces pécores ont des intérêts communs, qui justifient qu'étant ennemis par définition (le Coran réclame clairement de tuer les insoumis quand on en rencontre) ils finissent par prétendre se respecter mutuellement. Mon oeil ! Les musulmans parlent d'Allah installé "istwah" sur son trône. Mais un renvoi vous explique aussitôt qu'Allah n'ayant aucun point commun avec les hommes nous ne devons en aucun cas imaginer un semblant d'homme installé sur un semblant de fauteuil. L'idée qu'Allah ait besoin d'un enfant les fait éclater de rire (les soumis, ce que signifie muslims, musulmans) mais curieusement ils sont d'accord pour les cohortes d'anges y compris les mauvais, à se demander si Allah serait aussi  omniscient et omnipotent que ça, puisque chaque homme est censé être suivi d'un ange qui note tous ses actes (qu'attendre de plus intelligent ches des peuples primaires ?) Pendant que les chrétiens veulent un dieu à leur image ou, pardon, être l'image de dieu.
Mais ne vous méprenez pas, je pourrais me gausser de la nécessité pour l'église chrétienne en général (pourquoi se limiter aux catholiques) de mystères à la gomme comme la sainte trinité, la virginité de Marie qui a eu une douzaine d'enfants après Jésus et serait montée corps et âme au ciel (assomption) des miracles débiles de Jésus qui marche sur l'eau, se fait engueuler parce qu'il fait des miracles le jour du sabbat, et non parce qu'il fait des miracles tout court, comme si faire des miracles à l'époque était d'une grande banalité.
Bref, les évangiles comme le coran sont des textes enfantins et les exégèses qui ont été ensuite réalisées par intérêt de groupes humain (descendants plus ou moins directs du prophète, tenants plus ou moins avérés d'une légitimité difficile à justifier tant l'église chrétienne s'est divisée et subdivisée au cours des siècles pour des raisons aussi intelligentes que la volonté d'un roi d'angleterre de baiser une autre femme légitimement, tandis que le pape lui refusait le divorce ou l'annulation de son mariage précédent. On voit où ça va pêcher ce genre de connerie, aussi intelligent en somme que les guerres entre sunnites et chiites. Ces exégèses donc ne sont que les développements de notions très succinctes et primaires par des gens un tout petit peu moins primaires, mais pas forcément aussi sincères, pour clarifier ou orienter ces notions succinctes dans un sens ou un autre.
On voit aujourd'hui des quantités d'ajouts aux religions de base, mais aussi des quantités d'oublis. Jésus imposait à ses apôtres de distribuer leurs biens et d'abandonner femmes et enfants pour le suivre. Ce genre de précepte n'a pas eu beaucoup d'adeptes par la suite.

Si le monde n'était pas, finalement, peuplé d'une grande majorité de gens frustes, incultes et superstitieux (les espagnols et autres porteurs de statues qu'ils adorent plus que leur dieu) la religion ne me gênerait pas. Après tout chacun est libre de croire ce qu'il veut. L'ennui c'est quand il veut imposer ce qu'il croit par la force au point de justifier les assassinats et autres attentats comme étant volonté divine et nécessités par le respect de celle-ci.
Si nos vies et celles des nôtres n'étaient pas en jeu il y aurait de quoi se tordre de rire, mais elles le sont et elles sont d'autant plus précieuses que, pour un athée comme moi, elles sont le fruit d'un hasard extraordinaire et donc uniques.

Il n'est évidemment pas question de faire croisade contre les religions. Laissons aux gens frustes le temps de s'éveiller et de comprendre qu'on se moque d'eux. Même les régimes les plus totalitaires n'ont pas réussi à empêcher l'instruction de se frayer un chemin dans leurs populations. Mais il faut être méfiant car il y a, outre les sectes connues et qui malheureusement continuent de faire des victimes, ce mouvement insidieux de religieux ou de manipulateurs pour dire les choses plus crûment, qui embobinent les jeunes les plus désemparés et les entraînent doublement : derrière eux dans un credo absolu et absolument stupide, et aussi à faire la guerre "sainte" plus ou moins. Et ne croyez pas que je parle là des seuls musulmans qui ont initié le mouvement, mais aussi de groupes chrétiens qui se sont organisés en réaction et nous conduisent donc à un redoublement de l'intensité de ces guerres de religion si anachroniques qu'on voudrait pouvoir en rire.

Soyez croyants, agnostiques, athées. Cherchez votre salut si vous pensez qu'un Dieu vous jugera un jour. C'est votre affaire. Mais de grâce, n'imposez pas vos idées. Expliquez les si vous avez des arguments meilleurs que ceux qu'on nous sert depuis cinq mille ans et plus (je n'ai pas voulu parler du judaïsme pour ne pas être traité d'antisémitisme, mais il est aussi comique et dangereux que les autres)

Vivez votre vie de la manière qui vous convient en respectant les normes que vous souhaitez en n'oubliant pas qu'elles doivent toutefois respecter la loi d'une part, et la liberté des autres de l'autre. La religion est sans doute nécessaire aux esprit faibles. Elle les soutient d'un espoir fallacieux pour moi, mais d'un espoir quand même, et les aide à se maintenir dans des règles morales strictes qu'un athée ne respecte lui que par intelligence. Mais dans ce domaine comme dans tout ce qui touche à la liberté, la nôtre finit où commence celle des autres. Il m'est indifférent qu'on ne partage pas ma propre foi en l'absence de nécessité d'une foi religieuse, mais il m'importe qu'on ne m'importune pas avec les vérités qu'on croit détenir à la suite d'un bourrage de crâne initié dès l'enfance.

Au passage il n'est pas inintéressant de faire le rapprochement entre l'église catholique romaine et apostolique de la grande époque de l'inquisition, qui brûlait tant de gens et si aisément, et les massacres islamistes de notre époque. Comme quoi modernité et crétinisme peuvent coexister sans problème.
Tag(s) : #Humanisme

Partager cet article

Repost 0