Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous aimez la montagne ? En hiver, quand la neige couvre vraiment tout, c'est plutôt beau. Mais alors au printemps quand il ne reste que des plaques de neige glacée lépreuses dans un paysage quasi industriel, c'est pas forcément un endroit pour attirer les artistes peintres.


Quoi  qu'il en soit, je vais en Andorre de temps à autres pour renouveler mes réserves de scotch comme j'y allais jadis pour acheter du tabac. Mais je ne fume plus et je ne bois pas davantage. Ce sont les petites touches d'amitiés que je vais chercher ainsi à prix cassés.

Parfois je me morigène. Outre que ça coûte quand même, et d'autant plus qu'étant dans une ambiance de soldes permanentes on achète des choses imprévues (un HDD 1 To à 99 € par exemple, pour ma fille) le scotch whisky que j'offre à mes amis ne leur fait sûrement pas de bien.
Curieuse civilisation quand même, qui se base sur des traditions, même quand celles-ci sont à l'évidence responsables de bien des morts prématurées.
Notez qu'il y a eu des progrès. Etant jeune, quand je me rendais chez des clients, il était toujours l'heure de quelque chose : apéritif ou digestif. Bien heureux quand je tombais sur des pingres car avec les autres je devais me débattre dans des explications hasardeuses pour refuser de boire un pastis, un bourbon, un cognac, un whisky, une bonne bouteille de Bordeaux à deux etc. etc; puisqu'il existe aussi du Martini, du Gin et quelques autres spécialités plus locales comme l'alcool ignoble que boivent les Danois dont le nom m'échappe, encore plus méchant et de loin que la Vodka.
Depuis ça semble avoir changé, ou alors mes clients avaient appris à me connaître, et vers la fin on ne me proposait le plus souvent qu'un café.
Ce que je redoute c'est le jour où, libéralisation acquise, on offrira aux intervenants extérieurs un petit joint millésimé de derrière les fagots. Je crois que si ça ne se fait pas déjà c'est que c'est encore illégal d'en posséder, d'en vendre et même d'en fumer. Mais pour combien de temps ?

Je suis toujours à me tripatouiller les méninges sur des sujets que l'égoïsme devrait m'inciter à négliger. Mais il faut comprendre que je ne suis pas égoïste, et puis j'ai sept petits enfants dont six garçons, dont l'aîné va sur dix neuf ans à présent et le cadet à fêté sa première année le vingt de ce mois, c'est à dire hier. Enfin, en supposant que vous me lisiez au jour le jour bande de petits canaillous.

Autrement le monde s'enfonce doucement dans l'abrutissement. Je vais mépriser une fois de plus la politique économique, puisque, là comme ailleurs, les plus volés sont ceux qui continuent de défendre les voleurs avec la plus belle conviction. Je vous dirais bien un mot des pseudos rédacteurs d'articles pseudos journalistiques sur les pages d'accueil d'Internet (tous FAI confondus, d'ailleurs ce sont les mêmes) mais c'est vraiment très désolant. Fautes d'orthographes par bottes de cinq et par ligne, fautes de syntaxe, sujet qui commencent sans finir, accroches mensongères dignes des revues dites "people". 

C'est d'une tristesse à mourir qui prouve que nous allons abandonner ce monde entre les mains de gamins sans culture, sans savoir, sans compétence et à tout le moins, indignes des maîtres qui sont censés les avoir formés (Piètre élève qui ne dépasse son maître). Car quoi qu'on dise chez les "modernes," l'éducation commence avec des coups de pieds au cul et le "formatage" d'un gosse est aussi indispensable que celui de votre disque dur. Ce n'est qu'ensuite qu'on y peut enregistrer tout ce savoir, extérieur à leur intelligence, mais indispensable pour qu'elle s'exerce. Ils ne sont pas bêtes, ils sont brouillons et incultes. Comme des potagers dans lesquels on aurait semé des graines par poignées mélangées, incapable ensuite de buter, biner et travailler spécifiquement chaque espèce. Qui est responsable ? J'opterais volontiers pour le sentiment général : "Les parents démissionnaires."

Mais en même temps je sais que les politiques, à travers de multiples décisions brimant les parents dans leur rôle traditionnel, sont responsables aussi d'avoir fait croire aux parents que  :
1) L'état prenait en charge l'instruction et l'éducation (voir les dénominations du même ministère au cours des ans) alors qu'en réalité l'état n'a en charge que l'instruction publique et pas l'éducation, (mais alors pourquoi avoir stupidement nommé le ministère un temps "éducation nationale" ?)
2) Que de véritables gens compétents avaient déterminés des tas de choses aussi importantes que la façon de coucher un nouveau né (tantôt sur le flanc, puis sur le dos, puis sur le ventre, les spécialistes hésitent les abrutis) ou encore la façon de "dresser" ou "formater" un gosse si vous préférez, en s'interdisant absolument tout châtiment corporel.

Du coup les gosses n'ont pas été dupes longtemps de menaces qui elles-mêmes étaient condamnées comme violences verbales, morales ou psychologiques, et se sont mis à chier dans les doigts des parents, quand pas les brutaliser en grandissant. Dans ces conditions on comprend que les parents démissionnent ; qu'ils osent une gifle et ils vont se retrouver devant un tribunal.

Au résultat nous avons des bandes de crétins ou au moins de bons à pas grand chose qui sont responsables de choses pas très importantes, mais qui quand même reflêtent notre culture en principe. Si à vous ça semble sans importance j'espère que vous n'êtes touchés ni par la crise ni par le chômage provoqué par la fuite des entreprises :

C'est que tant qu'à employer des abrutis, autant ne pas les payer cher et pour ça il y a des réserves d'abrutis qui le sont par éducation dans les pays totalitaires comme la Chine ou l'Inde et ses voisins Birmans.
Là bas l'éducation est réservée aux castes élevées et aux hommes (même en Chine ou officiellement, contrairement à l'Inde, il n'y a pas de castes) Les autres sont des manuels décervelés aussi instruits et cultivés qu'un boeuf du début du vingtième siècle tirant le soc du laboureur.

Des brutes, des bêtes par chères à entretenir et pas difficiles parce qu'on les a dressées à admettre leur servage. Mais bon, comme nous sommes sur le point d'avoir une moyenne d'éducation et de culture du même ordre, pourquoi payer les charges d'ici ?

Vous savez quoi ? Je crois que je vais finir par écouter les informations sur TF1.
Non, je blague !
En attendant, malgré ma médiocre connaissance de l'anglais, je préfère aller chercher l'information internationale ailleurs qu'en France. Heureusement qu'entre Internet et Satellite c'est à la portée de tous et de chacun.


Tout ça avec deux filles seulement, mais beaucoup plus de gendres ! (Quelle époque ma pauvre dame)

 

Tag(s) : #Société et écologie

Partager cet article

Repost 0