Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce n'est pas à vous, lecteurs, que je dois me plaindre évidemment, mais il devient  de moins en moins motivant d'écrire un blog. Principalement en raison de leur nombre et de la diversité incroyable que ça représente, montrant à quel point les sujets d'intérêt des uns sont différents de ceux des autres.

Pour autant, j'ose espérer que la brave dame qui a écrit un blog sur le point de croix, (et ses lectrices,) tout comme le monsieur qui a rédigé de forts savantes dissertations sur l'abeille, (et ses lecteurs,) peuvent le cas échéant s'intéresser à mes propres élucubrations ; qu'elles touchent à la technique, à l'écologie ou encore à la politique ou à la religion : les deux sujets tabous que n'importe qui se devrait d'éviter s'il veut garder ses amis.

A ceux qui se plaignent que les fichiers informatiques permettent de tout savoir ou presque sur tout le monde ou presque, ce qui est vrai (malgré la CNIL qui n'est qu'une douce plaisanterie car rien n'interdit d'avoir des fichiers à deux niveaux ou sur deux serveurs différents, un visitable par la CNIL et les personnes concernées, un autre, discret, à usage interne comme ça se faisait vraisemblablement aux R.G.
 Personne n'imagine lire tous les blogs et même en faisant tout pour se faire remarquer on n'a pas les visites qu'on espérerait, de la même manière qu'avant que quelqu'un s'intéresse à votre dossier, au point de vue fiscal ou policier, il va falloir en mettre des couches pour attirer l'attention. Ce qui fait que sauf dans un choix au hasard, votre dossier restera disponible mais clos, comme le sont aussi toute la science et toutes les âneries contenues dans les millions de bouquins existants et paraissant chaque année.


Cette notion de "savoir," disponible mais ignoré, s'applique à tant de choses.

A commencer par les cathédrales et autres grandes églises où les constructeurs incluaient tout un enseignement visuel à l'attention de la population généralement illettrée.
Aujourd'hui la population sait lire, majoritairement, (mais pas toujours interprêter et ne lit guère) et a par contre perdu l'usage de cette lecture traditionnelle de la pierre.

On se souvient vaguement de quelques attributs religieux à cause de médailles : un St Christophe à l'enfant (parce qu'autrefois on en mettait dans les voitures ?) protecteur des voyageur. Un St Michel en armure terrassant le dragon, une Ste Jeanne d'Arc à cause de l'armure aussi, rare chez les femmes, forcément, et puis le cas échéant quelques symboles communs dont pourtant on ne sait pas toujours la signification profonde par manque de culture religieuse ou manque d'interprétation, de lectures considérées comme inintéressantes.

Le côté solaire de la rosace et de son dessin intérieur en pierre qui rappelle souvent la swastika en formes rondes (ou si l'on préfère la croix celte) est assez connu mais quantité d'autres symboles qui devaient parler aux foules jadis, instruites des seuls enseignements verbaux de leur pasteur en chaire, ne sont plus interpêtés. Ainsi des deux piliers, parfois représentant des palmiers, qui se dressaient de chaque côté du choeur c'est à dire le saint des saints (lieu où se trouvent les hosties consacrées dans le tabernacle chez les catholiques, Débhir : lieu où se trouvait l'arche d'alliance dans le premier temple de Salomon) Les deux colonnes du temple de Salomon étaient autrefois célèbres et importantes dans la foi, et dans le placement hommes femmes dans les, églises. Par ailleurs, dans la construction dite gothique, la décoration en palmier se mariait bien avec les renforts de la voûte, et la population y reconnaissait la marque de l'orient, à défaut de pouvoir aisément représenter les grenades qui ornaient les véritables colonnes de bronze.

Pour les informations comme pour les dossiers personnels il en va de même : trop d'info tue l'info et quel village privilégier puisqu'il est hors de question de parler de tous ?
Au temps jadis, dans mon enfance sans aller plus loin, il ne se passait rien dans une commune sans que le journal local n'en parle. Chiens écrasés ou colères d'ivrognes, naissance et décès, on pouvait même y trouver les félicitations du journaliste à ceux qui revenaient d'un long voyage, car voyager n'était ni très courant ni très facile. Aujourd'hui la rubrique des chiens écrasés n'existe quasiment plus, remplacée par la rubrique des sports qui offre le même intérêt (hum ! presque !) parce que les moyens de transmettre l'information d'un bout du monde à l'autre en offrent trop dans laquelle on se noierait (D'un bout du monde à l'autre : quelle expression idiote s'agissant d'un globe, mais bon, on fait avec ce qu'on a !)

Mais ce qui est admirable dans ce déferlement d'information, et qui fait la fortune jalousée de Google ; ce sont les moteurs de recherche et leur excellence. Il y a sur cette terre et donc sur des blogs ou sites, des millions de gens s'intéressant à des millions de choses.
Parfois ils sont quelques centaines ou milliers, parfois vingt ou trente seulement dans le monde entier, mais grâce à Internet et aux moteurs de recherche ils finissent par se retrouver et s'apporter mutuellement de l'information  très spécifique. Il y a mutualisation de la connaissance et mieux encore : du savoir.

Et c'est complètement transcontinental pour peu que l'on accepte de lire l'anglais, même mal comme moi, car c'est généralement écrit en anglais assez rudimentaire. 

La recherche que dans notre adolescence nous n'aurions pu entreprendre - au mieux - que dans une bibliothèque retardant de vingt ans sur la vérité du moment, peut se faire de chez soi, sans débotter au moment où, soudain, l'envie vous vient comme une envie de pisser de comprendre telle ou telle chose, de vous remémorer la date et les circonstances d'un évènement historique ou encore la meilleure composition pour un verre parfaitement transparent et solide.

Bien sûr qu'il y a encore beaucoup d'équilibres à trouver. Il y a sans doute trop de jeunes pour qui Internet n'est que ludique et se résume en jeux en réseau ou en téléchargements musicaux. Mais ils connaissent l'outil et le pratiquent, donc il sauront s'en servir quand l'obligation leur sera faite de l'utiliser pour accroître leurs connaissances et perfectionner leur raisonnement.

Il y a aussi un domaine qui demande d'être policé, c'est celui de l'anonymat.

Certes on peut se cacher derrière un pseudonyme et ne jamais se dévoiler d'aucune façon. C'est dommage pour ceux qui disent et font des choses intéressantes. C'est aussi ce dont profitent les abrutis à qui on doit la disparition de la majorité des forums publics anonymes : grossiers, malfaisants, ils ne pouvaient être convaincus de l'inutilité de leurs agressions stupide et les opérateurs, répugnant à perdre des clients, ont préféré supprimer ces forums de liberté totale plutôt que véritablement imposer le respect de leurs propres règles.

Car nous savons tous que l'opérateur sait parfaitement qui est qui : du moins peut le savoir dans la masse d'information de ses bases de données.
Par contre nous savons aussi que certains pays laxistes ou complices hébergent des sites d'entreprises (et des particuliers) qui se servent de relais dans ces pays pour ne pas être retrouvés et faire paraître des escroqueries : fishing, lettre de l'héritier de tel ou tel dignitaire noir mort, dont on va vous donner 30% de la fortune en échange de quelques milliers de dollars, vendeurs bidons qui ne livreront jamais ou qui livreront des médicaments simulés, si jamais ceux-ci passent la douane. Mais aussi prostitution, sites pédophiles etc. etc.
Un jour il faudra que les états se décident là aussi à mutualiser leurs polices spécialisées et à cesser de protéger les escrocs et pédophiles, même si ça doit cesser de rapporter des dollars.

Mais quand on voit que rien qu'aux Etats Unis les différences de lois entre états bloquent le pouvoir central  et que la protection dont bénéficient les marchands d'armes, soutenus par des lobbies, n'a d'égal que l'impunité conférée par je ne sais quel amendement sur le droit d'expression, mis à toutes les sauces par les "lawyers," et pourtant "oublié" lors du Maccarthysme et de ses humiliations et condamnations contre les supposés "rouges" !

Sans doute sommes nous tous heureux de l'élection de monsieur Obama, mais il ne changera rien à cet état de fait, et d'ailleurs avec la crise qui l'a accueilli (ça ils savent faire aussi) il a d'autres chats à fouetter durant son mandat, et le suivant que je nous souhaite à tous.
Aussi il vaut mieux ne pas parler de ce qui est déjà contre nature, comme les paradis fiscaux, mais aussi les pays en pleine enfance politique et sociale d'Afrique ou de différentes îles où l'absence d'élite intellectuelle est au profit de sociétés étrangères, intéressées par les ressources naturelles, et la liberté tacite de vie et de mort sur le petit peuple.

Donc la sécurité d'Internet n'est pas pour demain. Mais au moins peut-on déjà définir certains objectifs à atteindre et certains moyens de se protéger, par exemple en interdisant l'interconnexion à nos réseaux civilisés de réseaux avec des extensions propres à ces pays favorables aux voleurs et autres malfaisants.

Ce devrait d'ailleurs être un objectif prioritaire à l'heure où nous pouvons déclarer nos impôts par Internet, payer nos marchandises achetées en ligne et sans doute bientôt voter, ne serait-ce que pour nous exprimer sur des sujets qui auraient nécessité un referendum, trop coûteux pour que les gouvernants osent en user souvent, alors qu'un vote par Internet sous contrôle des éléments de sécurité voulus (numéro de contribuable et de télédéclarant par exemple) ne coûterait quasiment rien en comparaison. Enfin, je dis ça, mais quand je vois les centaines de milliers d'euros dépensés par une seule mairie pour sa soi-disant communication et correspondant à un appel d'offre que j'ai sous les yeux, je suis tranquille, ils alimenteraient leurs caisses noires en renvoi d'ascenseur de sociétés bidons chargées du recollement des votes. M'enfin, moins cher quand même qu'un referendum.

D'ailleurs ma réflexion me conduit sur cet autre terrain curieux de cette classe de politiciens libéraux (capitalistes honteux) qui est celle de la transmission de certains droits d'état à des sociétés privées. Par exemple durant le temps que j'avais ne serait-ce qu'un salarié, je devais payer une cotisation à AG2R pour prétendument aider les gens à se former (formation continue) J'ai déjà eu les boules quand je l'ai vue sponsoriser un bateau de course, mais je vois maintenant sa publicité en tant que société d'assurance et je dis : "On se fout de notre gueule"

Aucune cotisation obligatoire ne devrait pouvoir être réclamée par autre chose qu'un organisme d'état ou équivalent. (URSSAF, RIS) On donne à des particuliers des droits exorbitants en transmettant des fonctions de service public. Il est même question de faire récolter les impôts par des sociétés privées, charge à elles de faire des bénéfices pour se payer évidemment, et on peut imaginer avec quelle vélocité et quelle hargne les mauvais payeurs se retrouveront sur le trottoir et leurs biens vendus à l'encan.

Sans parler des erreurs et des abus qui vont avec la tentation de l'argent facile : On ne doit jamais perdre de vue cette évidence : voler, sans en avoir l'air, un euro par an à chaque citoyen, correspond à une manne de 65 000 000 d'euros. Mais ça peut aisément être plus, faut pas rêver non plus.
La Poste en concurrence avec des services privés, ça va signifier des services un peu moins chers sur tout ce qui rapporte, les colis en particulier, mais aucun service alternatif pour le courrier, trop coûteux à distribuer jusqu'au fond des villages les plus reculés. Aucun pays n'a les moyens d'avoir plusieurs réseaux aussi importants que n'est la poste dans chacun d'eux, et que ces réseaux soient rentables. C'est tellement évident que même seule, la Poste séparée du téléphone était au bord de la faillite et se régale sur des services financiers (des escroqueries légales, plus ou moins) pour équilibrer ses comptes : ce qui ne sera pas suffisant pour ses futurs actionnaires s'il y a un noyau dur comme dans tout ce qui est censé rapporter.

Enfin moi je dis ça mais en même temps je me doute que fatalistes que vous êtes (déjà presque musulmans) vous vous en foutez et que ça ne vous empêchera pas de voter pour les copains du nain si, possédant encore vingt sous après la crise et l'écroulement des épargnes, vous vous croyez jouant dans la même cour qu'eux.

N'empêche, je vous déconseille d'acheter une Rolleix (dont j'ignore l'orthographe n'en ayant jamais eue, ni d'autre montre d'ailleurs) parce que dans quelques années ce sera le moyen de repérer les profiteurs et d'éventuellement, jouant au maccarthystes nous aussi, les mettre au trou pour les punir. (lol)







Tag(s) : #Nouveaux articles

Partager cet article

Repost 0