Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quoique l'envahissement de l'occident par l'islam reste ma préoccupation principale, oublions le un instant pour examiner ce qui se passe au Japon.

 

Le monde scientifique,en tout cas, sait que je Japon chevauche trois plaques tectoniques et est en quelque sorte le bourrelet d'émergence de l'entrée en contact de ces trois plaques il y a quelques millénaires.

 

Cette situation particulière et le souvenir de tremblements de terre meurtriers récents et anciens , aurait semble-til dû imposer une surveillance particulière des sites atomiques, tant au point de vue de leur implantation que de leur entretien.

Bien entendu même dans un pays moins turbulent comme le nôtre, les systèmes de sécurité doivent être contrôlés sans cesse, doublés, triplés, la panne est inacceptable. Mais au Japon où comme il est prévisible et où c'est arrivé, elle se combine avec un tremblement de terre doublé d'un raz de marée prévisible et prévu, il devrait être clair que les centrales atomiques devraient outre un entretien soigneux et répété, des sécurités multiples, être situées loin des aglomérations et de préférence dans des sites dont la géologie plus élevée et robuste les met à l'abri d'un tsunami aussi bien que d'une fracture locale des sols.

 

Les catastrophes récentes (ouragans, tremblements de terre, tsunamis) auraient dû servir de mise en garde. Il eut été moins coûteux (en vies humaines comme en monnaie) d'arrêter ces centrales après en avoir construit d'autres plus sures, que de devoir maintenant gérer une situation ingérable.

 

Il est heureux qu'on voit que les journalistes s'en mêlent, non par intérêt scientifique ou sécuritaire mais pour faire de la copie. Ça aura peut-être pour effet de faire bouger les incapables qui gèrent le nucléaire en France et qui ne voient que les résultats financiers. Car nous savons tous qu'en cas de catastrophe ni Areva ni EDF ni le gouvernement ne seront capables de faire quoi que ce soit d'intelligent.

 

J'ai beau avoir un fond écolo je ne suis pas dupe : nous sommes actuellement incapables de nous passer du nucléaire, tout comme nous restons incapables de nous passer du pétrole alors que sa fin prochaîne est connue depuis les années 70 !

 

On ne construit pas une civilisation sur un projet de cinquante ans, il faudrait donc se sortir les doigts du cul pour trouver des alternatives, et sans tenir compte d'attentes financières immédiates. Nous savons bien que sur ce plan ils récupéreront leur mise, mais seulement quand les solutions seront appliquées. Or pour les appliquer il faut d'abord les imaginer, puis les réaliser puis les généraliser.

 

Si nous attendons de ne plus pouvoir nous déplacer et de ne plus pouvoir alimenter nos ordis et éclairages de bureaux pour mettre les ingénieurs au travail sur un projet utile, ça risque de faire tard.

 

Pourtant la boîte qui sera prête la première et tout son pays avec elle (si ce n'est pas une transnationale) tirera de beaux bénéfices et sera la maîtresse du monde pendant que les autres deviendront ses féaux sujets. Il ne faut pas s'y tromper : la barbarie est de retour, mais le capitalisme-libéralisme n'en mourra pas pour autant et le chantage à la préférence mettra les puissants de ce monde et nous avec aux pieds de ceux qui auront oeuvré dans la bonne direction.

 

Or je suis désolé de le reconnaître, mais je ne crois pas au bon savant qui consacre sa fortune à sauver le monde et offre son invention avec un générosité de saint homme. On n'imagine plus ça depuis le professeur Tournesol hélas ! Et la science d'aujourd'hui est une affaire d'équipes au pluriel.

 

En attendant il en va du Japon comme du dernier séisme asiatique en Chine et chez les voisins : jamais il n'a été publié clairement le nombre de victimes ni les raisons de ces décès. Bien sûr qu'un tremblement de terre n'est pas prévisible sur rendez-vous, mais dans les régions en amérique ou en asie où on sait que le risque est grand, tout devrait être fait comme si c'était pour demain, parce que c'est peut-être pour demain.

 

De même d'ailleurs pour les ouragans typhons et autres twisters qui ravagent régulièrement l'amérique où on continue de construire des "cabanes" en bois sans aucune stabilité. Je sais que le prix à une incidence, mais le gars qui a reconstruit sa maison trois fois et perdu deux ou trois enfants aurait peut-être eu avantage à construire en dur, en bon béton bien lourd, même si les compagnies d'assurance ont remboursé chaque fois (en augmentant les primes évidemment chaque fois)!

 

Enfin moi ce que j'en dis...

Tag(s) : #Société et écologie

Partager cet article

Repost 0