Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est un titre abusif que j'utilise dans la mesure où je suis propriétaire depuis 37 ans et que voilà déjà 17 ans que je n'ai plus ce crédit sur le dos. Entre nous, quand j'ai acheté ma maison actuelle; comme artisan les crédits que j'ai trouvés, difficilement, étaient hors de prix 8% en partie, mais 12% pour le plus gros. Par contre les intérêts des emprunts étaient déductibles dix ans de nos revenus.

 

Mais,

 

Nous voulons  finir notre vie à 700 kms de là, près d'une de nos filles et en puissant  assurer l'hébergement, pour la recevoir, de l'aînée et de ses 4 enfants.

 

C'est dire que notre problème est de vendre notre maison actuelle à son prix; de manière que nous puissions, en province, et alors que nous ne sommes plus que deux la plupart du temps, avoir une maison plus grande et avec assez de terrain pour ne pas risquer d'être dérangés ni de déranger les voisins éventuels.

 

Vous savez quels sont les critères qui s'imposent pour un vieux couple  ? Je vais vous dire : pas d'étage, que du plain pied, proche du centre ville tout en étant "au large" (compliqué hein) mais il faut prévoir le départ du "conducteur" ou tout simplement le jour où conduire deviendrait dangereux. Il faut aussi comme dans la publicité de l'ODA jadis, être pas trop loin de l'hôpital, des médecins et naturellement des commerces, serait-ce que pour se baigner dans la "foule" quand le cafard (féminin) se profile : car la solitude hein... pas toujours plaisant quand elle se conjugue avec un amoindrissement des capacités physiques. Alors il faut trouver la maison idéale, qui n'existe pas, au moins pour une femme, qui outre les critères énoncés a besoin du "coup de coeur" en plus; pas seulement pour l'environnement, mais aussi pour la construction.

 

C'est un phénomène curieux de constater que les maisons existantes sont toutes incompatibles avec ces exigences en partie subjectives, tandis que les plans des constructeurs (qui diffèrent d'un an la concrétisation) sont forcément géniaux et correspondent exactement, au moins l'un d'entre eux. Tout au plus nous accordent elles le droit d'avoir une ou deux exigences supplémentaires, mais en aucun cas alternatives.

 

Il faut dire, et c'est là que nous entrons dans le délire, que construire revient moins cher que l'ancien. Et ceci est vrai à Paris comme à Toulouse. Encore que, dans ou trop près de ces grandes villes, c'est le terrain qui coûte le plus cher pour une maison individuelle. Mais dès qu'on s'éloigne assez pour revenir dans des terrains raisonnables, on est quasiment dans le cinquante cinquante, sauf que les terrains font de 1000 à 2000 m² dans la plupart des cas ( bon, d'accord, plus près des centres on en trouve de 500 à 750 m², mais pas de 150 ou 200m² comme trop souvent dans l'ancien, quand il y en a et qu'on n'est pas mitoyen)

 

Évidemment, dès que nous aurons vendu nous espérons bien acheter au comptant, et par conséquent les soucis et tracasseries des prêts aidés, à taux zéro ou les APL ne nous concernent pas.

Par contre les prêts relais peuvent s'imposer si par extraordinaire nous trouvons demain au cours de notre quête (le Graal, j'vous jure) le terrain si extraordinairement bien placé en prix et situation qu'il n'est pas question de le laisser échapper.

Les banques ont trouvé la combine pour prendre du fric à ceux qui en principe n'ont pas besoin d'emprunter, en poussant à l'urgence et en vous avançant - sur une vente non réalisée - 70% du prix, qu'ils s'assurent justifié d'abord.

 

Je vous raconte ma vie, je sais que ça vous les brise menues, mais reconnaissez que les prix de terrains qui varient du simple au sextuple dans une même région et le prix de l'existant (de l'ancien si on veut dire ainsi) ont ceci de commun : la rareté. Sinon, pourquoi 1000m² que ma femme possède  à vendre dans le trou du cul du monde des Ardennes ne valent-ils que 3000€ alors que les mêmes à trente kilomètres de Toulouse, en plein bled aussi, valent 78 000 € ?

 

Si j'étais de nouveau jeune, con et cette fois un peu fortuné, j'investirais dans les terrains récemment devenus constructibles à l'entour des grandes villes. Un jour ou l'autre la demande arrive quand le plein au prix fort est fait près du centre, et là c'est vous qui avez les armes en main. Dommage de toujours tout comprendre après la bataille non ?

Tag(s) : #Société et écologie

Partager cet article

Repost 0