Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Coluche était un excellent observateur de la société et c'est sans doute pourquoi on l'a tué. Quand on l'imagine réagissant sur la société actuelle, même en oubliant le nain et sa bande de galapiats on n'a pas grand mal à le "voir" fustigeant la pensée unique. Vous savez, celle de ces mecs dans des milieux autorisés qui s'autorisent à penser...

 

Oui, il nous avait fait le coup déjà, mais seulement à propos des journaleux ! Aujourd'hui il y aurait à dire sur la bien-pensance anti-xénophobe qui prépare nos enfants à céder leurs places et leurs territoires à ceux qui cultivent le racisme et l'ostracisme religieux et de classe. Mais il ne faut pas le dire, ni le penser tout haut.

Il y a aussi à dire sur les nouvelles méthodes d'éducation définies par des "penseurs" subtiles qui aiment tant les petits enfants (on ignore jusqu'à quel point,) que l'idée qu'ils puissent être corrigés pour bien comprendre et connaître les limites de leur liberté, leur insupporte.

 

L'enfant roi est la règle, surtout chez les Français de souche qui n'en n'ont désormais plus des bottes. Moins chez les Français de papier (l'expression n'est pas de moi mais d'eux) dont les mères pondent pour envahir le pays, toucher des allocs et faire épouser leurs filles pour convertir les rebelles à l'islam.

 

Je revois en pensée  le musulman qui m'a expliqué que je suis "muslim" que je le veuille ou non, puisque ça signifie "soumis" (à Allah, à Dieu quoi) et qui y croyait dur comme fer jusqu'à ce que je lui confesse (un comble) que je n'ai rien à foutre de Dieu ou d'Allah car je suis athée, par choix, et non bêtement par manque d'éducation religieuse comme certains; car moi j'ai une éducation religieuse très complète. Seulement moi je suis libre et eux "soumis" effectivement ça nous différencie grandement.

 

Toutefois, pour en revenir à mes moutons, on m'a enseigné les limites, pas seulement avec des mots et de la tendresse, mais aussi et en plus, avec des gifles et des coups de pieds au cul. Je pourrais y ajouter les punitions à genoux sur une règle métallique, les cheveux tirés sur les tempes, les coups sur les doigts; pour évoquer l'école. Mais comme j'ai été dans des écoles religieuses, évidemment,  on peut supposer que ces traumatisés du calbute y trouvaient leur compte.

 

Toutefois si j'ai rejeté la religion je n'en ai pas rejeté les règles morales et les dix commandements me paraissent appropriés à toutes les sociétés, même si parfois je me suis accommodé d'entorses concernant la femme du prochain. Se respecter et respecter les principes moraux de base me paraît une religion suffisante, mais je suis convaincu que si j'en suis convaincu justement, c'est qu'on me l'a fait intégrer à la dure. "Écarte-toi du droit chemin et tu t'en ramasses une, recommence et tu vas le regretter longtemps : par punition, privation et correction."

 

Quels sont ces crétins en politique, philosophie et psychologie, qui se croient autorisés à imposer à une bande de veaux (selon le Général) une pensée laxiste, tellement plus facile à appliquer par des parents qui croient se faire aimer de leurs enfants en cédant pouce après pouce, jusqu'à en penser au suicide quand ils prennent conscience de leur échec et de l'irréversibilité de la chose ? Mais si ces abrutis étaient les seuls à se suicider ce serait encore moindre mal, l'ennui c'est que l'incurie de leur éducation pousse aussi leurs enfants au suicide ! Jamais, quoi qu'on fasse, on n'en fera assez pour un enfant non éduqué. Car il s'agit bien de non éducation, et ces enfants là, vous pourriez leur offrir la lune que ce serait encore trop peu.

 

Quoi !

Ils baisent déjà à douze ou treize ans, reçoivent de papa et maman capotes et pilules, sont blasés à seize ans, se droguent pour retrouver un peu de plaisir car le cul ce n'est déjà plus ça. Par besoin de sensations fortes ils violent toutes les règles de conduite automobile, volant au besoin, y compris la voiture de leurs parents. Mais ils peuvent aussi porter leurs envies sur d'autres absurdités, d'autres "challenge" puisque la seule chose qu'on leur répète est que la vie est un combat et qu'il faut remporter des victoires sous forme de "challenge" (l'anglicisme prime si on veut être compris)

 

Au résultat, beaucoup de mômes désabusés dans les hôpitaux psychiatriques après des tentatives de suicide simulées ou sincères. Mais pas toujours manquées quand même,ce qui enrichit pompes funèbres et incinérateurs sans que ça n'enseigne rien aux survivants qui admirent connement leurs petits camarades morts, comme d'autres portent au pinacle le petit con qui s'est fait jeter au trou et sodomiser par les autres taulards, après avoir dealé, agressé une vieille ou brûlé une voiture. Il est vrai que ces derniers sont peu poursuivis, car sitôt arrêtés il y a une bande de crétins pour hurler au racisme et la police préfère regarder ailleurs.

 

Pauvre société victime et future victime de ses propres peurs et de ses propres aberrations. Comment peut-on imaginer préserver l'avenir d'une culture qui est la nôtre, (au moment où les états semblent pourtant attacher une grande importance aux cultures, même mortes, même appropriées par des envahisseurs qui n'en ont aucune propriété et n'en sont pas descendants comme en Égypte,) alors que les valeurs de cette culture ne sont plus transmises aux jeunes et remplacées par des pseudo valeurs, supposées plus humanistes ; et légitimées par de grandes déclarations comme les droits de l'enfant (pour le sujet traité) !

 

N'allez pas comprendre et me faire dire que je suis pour la brutalité systématique, les violences sexuelles et autres saloperies. Je dis que l'éducation que nous et mille générations avant nous avons reçue a fait ses preuves alors que les expériences tentées en occident, et seulement en occident, (d'où le côté victimes expiatoires, sacrificielles face aux pays qui pratiquent sans complexe la mise à mort, et pour des raisons qui chez nous ne sont même plus un motif de divorce légitime,) ne donnent aucun résultat probant, ni en matière d'éducation, ni surtout en matière de bonheur de l'enfant.

 

Un petit trou du cul Arabe (Tunisien pour être précis) qui fréquentait le même lycée que ma fille, après une conversation avec moi, très éclectique et prouvant qu'il avait un cerveau, s'est soudain emballé devant mon agnosticisme avoué (à l'époque je disais ça pour ne pas choquer les croyants) et m'a affirmé que nous serions tous convertis à l'islam, que c'était une obligation et que nous devrions nous y soumettre.

Il est sorti rapidement de chez moi, si vous voyez ce que je veux dire, et je n'en ai rien à foutre que son père et son tonton aient été les bras droit et gauche du gâteux au pouvoir à cette époque dans leur pays (et jeté ensuite dans un hôpital pour sa situation, mais dont l'état arrangeait les magouilleurs autour de lui.) Ce gosse m'avait révélé l'évidence que nous refusons de voir : plus ils sont instruits, plus ils le sont dans leur religion de tortionnaires et plus ils sont dangereux. Le pire c'est que leurs premières victimes que sont les femmes sont souvent celles qui en plus des cuisses leur ouvrent les portes de notre pays en leur offrant la nationalité.

 

Pourquoi victimes ? Parce que les femmes qui rêvent d'être les cinquièmes ou sixièmes épouses ne sont pas les plus nombreuses, celles qui sont prêtes à subir la lapidation à la moindre faute, même mensongère, non plus, et non plus celles qui adorent vivre sous une tente portable pour ne pas exciter les hommes par leur beauté supposée, ou encore vivre sous la tutelle d'une belle-mère seule détentrice des clés du foyer; et pourtant elles sont assez godiches pour croire que ce sont elles qui vont transformer ces robots religieux et en faire des hommes. Eux et leur famille naturellement ! Le miracle de la "blanche admirable et pas raciste" ! Pauvre gourde méprisée et  instrumentalisée oui !

 

Il est grand temps de dire aux crétins et aux voyous qui veulent nous donner des leçons de morale et de bonne vie-bonnes moeurs, d'aller se faire foutre, d'élever leurs propres enfants à leur manière et de s'apprêter à leur payer des avocats pour un peu plus tard, mais de cesser de vouloir imposer leurs vues imbéciles aux autres comme des diktats.

 

En se comportant avec dogmatisme, ces pseudo-intellectuels se montrent sous leur vrai jour, pas si éloigné de celui dévoilé par ce petit pouilleux qui entend nous convertir tous à sa religion ridicule. Pas si éloigné non plus des visions nationales socialistes de monsieur Adolph !

Tag(s) : #Humanisme

Partager cet article

Repost 0