Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bientôt quatre ans !

 

Alors rassurez-vous tout de suite, je ne veux pas célébrer un deuil ni, et encore moins, la victoire du nain à la comédie présidentielle.

Il se trouve que par hasard, ayant entrepris un traitement quelques temps avant celle-ci, c'est ce jour là que je n'ai pas fumé ma dernière cigarette.

 

Ah ! Je vous entends : "Mais il est cinglé, on est encore loin du mois de ... (mai je crois) " Ben oui, mais il était nécessaire que j'écrive sur ce blog une entrée qui fasse constater que les dernières n'avaient rien d'obsessionnel ! Ce qui ne veut pas dire qu'il faut cesser de les lire ou faire lire.

 

J'ai fumé en gros de 14 à 64 ans ! Oui, je sais que beaucoup sont morts avant d'avoir clopé autant, surtout que je m'en tapais deux paquets par jour en moyenne. Mais la nature n'a jamais prétendu qu'elle était équitable ou alors je n'étais pas là pour l'entendre.

 

Ne croyez pas pour autant que j'en étais à ma première tentative. J'avais essayé jadis, avec des chewing gum, plus tard avec des pilules et je ne sais quoi encore. Mais comme les occasions étaient plutôt mauvaises (mes parents successivement à l'hôpital avant de mourir) j'ai repris aussitôt que la raison officielle a disparu.

 

La raison qui m'a remotivé à m'y astreindre a plutôt été la plus mauvaise des raisons : la retraite que j'avais décidé de prendre et la chute de revenus correspondante. A l'époque, à 5 € le paquet de Marlboro, 10€ par jour pour moi donc, et comme hélas nous fumons aussi bien et plus les jours fériés que les autres, ça représentait 300 € par mois. N'importe qui aujourd'hui sait ce que ça représente par rapport à la retraite. Avec 300€ par mois vous pouvez, par exemple, avoir en une sorte de crédit bail une Mercedes. Pas une grosse mais quand même.

 

J'ai donc tourné mes regards vers les nouveauté pharmaceutiques comme j'ai tendance à le faire aussi pour mes problèmes de santé. Je me pique deux fois par jour avec du Byetta qui m'évite l'insuline pour mon diabète parce que je l'ai découvert un jour dans les nouveautés médicales. Encore maintenant la majorité des pharmacies doit me le commander spécialement.

De même pour arrêter de fumer j'ai choisi le médicament nouveau, le Champix,

 10-12-16-00-30-58.jpg

critiqué, ayant différents effets secondaires comme de faire énormément rêver, mais qui m'a permis très vite de me délivrer du besoin de nicotine sans pour autant entretenir ce besoin en me la fournissant autrement (patches par exemple) et ça ne représente que trois semaines. Ensuite on a à vaincre le problème du "geste d'habitude" ! Ça c'est coton ! Pour moi ça commençait le matin quand j'allumais mon premier clope avant de me lever, puis avec le café, puis en me mettant au volant, et puis chaque fois que j'avais besoin de faire une pause pour récupérer ou réfléchir. Le clope c'était ma "machine à café" de poche. Mais après le repas avec le café ou en roulant ou en m'installant devant l'ordinateur pour faire mes factures ou devis, il fallait que ça crame, plus longtemps dans le cendrier qu'entre mes lèvres d'ailleurs, c'est peut-être pour ça que je vis encore.

 

Tous ces gestes il m'a fallu m'en désaccoutumer sans pour autant replonger, je n'avais plus d'alternative, bientôt je ne pourrais plus me les payer sans me priver, et ma femme avec, d'autre chose.

Or j'aime aussi la bouffe !

Alors quand le nain était sous les urnes à attendre son élection, moi j'étais au dessus à surveiller le scrutin comme représentant de la gauche locale, et mon second n'est jamais venu. On ne m'a pas remplacé de la journée et comme chacun sait on ne fume de toute façon pas dans une école. Curieusement, effet du traitement, et sorti de mes lieux "coutumiers" je n'éprouvais plus le besoin chimique de nicotine, et l'endroit ne sollicitait pas les gestes habituels. Si bien que quand tard le soir après publication des résultats (malgré ma mauvaise humeur) je n'ai pas éprouvé le besoin d'y repiquer. J'avais atteint la période dépassée (de toute façon le médoc est à nos frais) et je me rendais compte que tout ce que j'avais à faire était de continuer sans plus revenir sur les bonnes grosses goulées voluptueuses qui avaient quand même l'inconvénient pour un tribun ou associatif quelconque prenant la parole en public, de me couper la parole de quintes de toux redondantes et corrélativement de m'empêcher de chanter mes chansonnettes.

 

J'ignore si pour autant je ferai de vieux os, c'est un problème de biologie propre à chacun, mais sur le plan pulmonaire tout s'est très vite arrangé, je suppose que ça va de mieux en mieux, et je pense que ma santé ne s'est plus dégradée malgré que l'âge avance. Je ne suis plus réveillé la nuit par des quintes qui me plient en deux et si j'avale un morceau de travers tous les yeux se tournent vers mois surpris, car il y a peu de gens qui toussent moins que moi désormais.

 

Alors aujourd'hui je me demande pourquoi les médicaments les plus efficaces sont si secrets.  Tout le monde voit journellement des publicités pour des produits soi-disant efficaces, à base de patchs ou de chewing gum, tous entretenant la dépendance nicotinique physique. Mais pas pour Champix qui coûte pourtant la peau des fesses (mais fait tellement économiser après) et n'est pas remboursé.

 

Je pourrais en dire autant du Byetta,

10-12-16 00 32 05

 un enzyme artificiel (exenatide) qui sollicite la production d'insuline par le pancréas et évite la très grande rigueur  de gestion de l'insuline pour les diabétiques de type II, sans pour autant faire mourir d'une maladie des reins, comme le font si bien les glucophages. Il est produit par les laboratoires Lilly bien connu pour d'autres produits !  Mais le Byetta est remboursé lui !

 

Il y a des mystères dans cette société ! D'autant que Champix est un produit Pfizer qui est loin d'être un laboratoire de seconde zone (principe actif la Varénicline) commercialisé aux EU depuis 2006 et tout juste à temps pour moi sur le marché français en 2007.

 

Je suppose que bien d'autres "nouveautés" sont 'éteintes' quand ça arrange les organismes de sécu, qui tendent plutôt à réduire la liste des médicaments autorisés qu'à la laisser s'allonger et au moins ne pas inciter à sa prescription, quand de nombreux médicaments auxquels sont habitués tellement de gens âgés, sont retirés du remboursement.

 

 Ça et l'incitation à utiliser au maximum des produits génériques, voilà qui va dégoûter les laboratoires de faire de la recherche. Ne vous demandez pas trop pourquoi les vieilles maladies reprennent le dessus !

Tag(s) : #Société et écologie

Partager cet article

Repost 0