Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Oui, ok, d'accord, nous sommes assez loin ici de mes préoccupations habituelles mais depuis maintenant cinquante ans que je conduis officiellement, je constate que les périphériques des grandes villes (je me concentre sur Paris et Toulouse où je vis aujourd'hui) sont conçus de telle sorte que les embouteillages y sont inévitables et coûteux, surtout en un temps où toutes les économies de pétrole sont bonnes à prendre.

 

Un passé qui dure 

 

Les édiles et autres préfets se sont convaincus que les seuls moyens de ralentir la progression des morts et blessés était une restriction de vitesse.  De fait, si on empêche les gens de circuler il n'y aura plus ni morts ni blessés sur les routes, et même si la démonstration d'une certaine efficacité est apportée par des chiffres statistiques, il faut faire la part de la fiabilité des voitures, de leurs progrès en matière de freinage et tenue de route, et pourquoi pas aussi une prise de conscience de la population de l'inutilité de prendre des risques qui se traduisent par des gains de temps ridicules. 

Aussi n'est-ce pas sur ce terrain de la vitesse absolue que je veux porter le fer mais sur celui des moyens d'y contraindre les conducteurs.

Finalement les radars sont une bonne idée. La seule bonne d'ailleurs depuis longtemps, et devraient remplacer partout les gendarmes couchés, et autres slaloms ralentisseurs, briseurs de colonnes vertébrales, mais surtout et immédiatement coûteux en carburant.

 

En fait obliger une voiture qui a vaincu l'inertie au prix d'une consommation de 19 litres au cent pendant quelques centaines de mètres à ralentir, s'arrêter et redémarrer ou ré accélérer, c'est multiplier la consommation de la voiture par deux dans un circuit en ville.

 

Mais là où je veux en venir, sur les périphériques et autres routes rapides pour automobiles comptant de nombreuses entrées apportant au flot déjà en circulation des doublements réguliers, le comble est d'arriver par une autoroute où la vitesse est autorisée à cent trente, passer un péage et se voir limiter à cent dix et tomber sur le cul de gens déjà confrontés à ceux qui, devant eux, sont limités à quatre vingt dix et surtout à ce doublement rapide du flot de voiture. A partir de là c'est chaque matin plusieurs dizaines de minutes a l'arrêt avec des avancées de quelques mètres de temps à autres.

 

J'utilise le mot flot à dessein, car dans ce genre de démonstration physique, il est évident que l'analogie entre cette circulation et celle d'un liquide est voisine même si la circulation se fait en deux dimensions (on ne fait pas rouler les voitures les unes sur les autres,) tandis que l'eau, par exemple, circule en trois dimensions. Mais ça ne change rien à la démonstration.

 

Pour un débit constant, quand vous rétrécissez la sortie d'eau d'un tuyau, le jet s'accélère. En réalité le débit va diminuer, mais moins que le diamètre sera réduit. Chacun s'est amusé à pincer un tuyau souple un jour et connaît ce phénomène.

Il conviendrait donc pour faciliter l'entrée des voitures venant de routes adjacentes que celles qui sont sur la voie rapide accélèrent au lieu de ralentir, mais pour cela comme pour les gendarmes couchés et autres slaloms organisés pour mettre les piétons en danger, les maires et autres décideurs continuent d'utiliser les vieilles solutions, quittes à faire l'exact inverse de la solution. 

 

C'est pour cela que chaque matin aux heures de début de travail, et avant évidemment, soit de sept heures à huit heures trente ou neuf heures, les gens avancent au pas après avoir parcouru les premiers kilomètres à vitesse autoroutière. C'est vrai sur l'A15 entre Pontoise et Gennevilliers ou Argenteuil, c'est vrai sur l'A 64 entre Muret et Toulouse et partout ailleurs, parce que partout les mêmes abrutis continuent d'appliquer les mêmes solutions erronées.

Je crois que comme les Corses le font dans leurs montagnes, nous ferions mieux de demander le chemin aux ânes plutôt qu'aux ingénieurs qui décidément sont incapable d'innover en tenant compte des progrès techniques de l'automobile.

 


 


Tag(s) : #Société et écologie

Partager cet article

Repost 0