Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si les gens qui travaillaient dans l'industrie, quand nous en avions encore une ,  étaient aussi nuls que ceux qui font profession d'écrire, on pourrait presque excuser les PDG d'avoir dé localisé.

 

Regardez cet article paru aujourd'hui sur SFR /Europe 1 :

11-06-19-23-14-30.jpg

 

 Il est patent que le rédacteur s'en foutait autant que moi de ces gens là, bien qu'en ce moment les problèmes d'intoxication alimentaire soient de saison.

 

"Une fête a rassemblé les membres d'une famille musulmane, samedi à Trappes, et à cette occasion les convives ont pris chacun leur repas, les hommes séparément des femmes et des enfants", a expliqué à le sous-préfet de permanence,Marc Chappuis. "Trois à six heures plus tard, un groupe de quarante personnes essentiellement des femmes avec deux ou trois enfants ont été pris de maux de ventre et de vomissement", a-t-il poursuivi.

 

à expliqué à le sous préfet ! Voilà du français de course, c'est clair, mais qui a expliqué ? Marc Chapuis est-il celui qui a expliqué ou le sous préfet, ou encore le sous préfet a-t-il fini par expliquer pour que les journalistes ne restent pas bêtes ?  Il faudrait qu'on l'apprenne, suspens intolérable, car à la fin on sait que lui ou un autre "a poursuivi"  Mais on se demande quoi évidemment et qui sûrement.

 

Moi je dirais bien à ces merdeux qui se croient autorisés à écrire qu'ils devraient se relire dans les "commentaires". Mais d'une part je ne veux pas mêler ma voix aux crétins qui commentent (les plus nombreux) et qui ne comprendraient pas puisqu'ils ont encore moins d'orthographe que le rédacteur de cette insanité, mais en plus quand je tente la chose on me dit de prendre un pseudo, quand c'est fait on me dit que c'est déjà pris, et je peux tout essayer même un pseudo avec vingt cinq chiffres derrière un nom, ça ne marche pas. J'ai contacté SFR qui m'a répondu de me démerder avec le forum. Or le forum demande pour y avoir accès... bref vous avez compris.

 

De toute façon ces crétins finiront bien par avoir mon commentaire par l'une ou l'autre relation "amicale"

 

N'empêche : quand on est aussi incompétent dans son travail - car c'est leur boulot, ils n'ont pas l'excuse du tourneur ou du fraiseur qui ne se sert plus beaucoup de ces notions dans sa vie de tous les jours - on devrait pointer à pôle emploi, rubrique "ferrailleurs pour bâtiment"

 

Nous sommes au temps du bac ! Je plains sincèrement ceux des examinateurs qui savent encore le français car ils doivent souffrir.

 

Mais bon, en même temps, pour ceux qui auraient oublié, nous avons deux guerres en cours sur les bras, une  en Afghanistan et une autre qui stagne en Libye. Oui, on s'en fout, de toutes les façons nous savons très bien que dès que les derniers soldats auront tourné le dos, les parachutés de l'occident seront lapidés. Mais nous y avons des petits gars et même certains y sont morts.  Rien que ça mériterait qu'on en suive l'évolution, que de vrais journalistes avec une vraie paire de couilles soient sur les terrains d'opération et nous tiennent au courant, et non aillent se promener en montagne pour se faire enlever. Mais non : rien ! Depuis des jours la seule "allusion" a été la mort d'un soldat Français supplémentaire en Afghanistan.

 

Par contre les intoxications alimentaires en banlieue, dans le nord, en Allemagne, là oui, il y a des reporters sur place, courageusement partis avec juste de quoi se nourrir chez Mc Do pour ne pas prendre de risque.

 

La politique se réduit aux commentaires sur les candidats qu'on nous présente tous comme pires les uns que les autres. Naturellement ils en sont les premiers responsables, puisque les journalistes en mal d'intelligence, reprennent leurs propres commentaires les uns contre les autres.

Notez, je ne dis pas qu'il y ait actuellement dans les listes de noms proposées un politique honnête, intelligent et compétent. Non ! Faut pas trop en demander non plus.

 

Le nain n'est jamais que le représentant de la contre-intelligentsia qui a pris le pouvoir au profit du capital. Il fallait bien pervertir cette notion de "sages" que représentait l'intelligentsia car jamais des sages n'auraient laissé faire ce qui s'est fait en matière de mondialisation. Mais les sages ne sont pas avides de pouvoir, c'est là leur tort !

 

Dans mon article précédent je reviens sur la déconcentration. Mais la mondialisation c'est au contraire la concentration des industries dans les pays d'esclaves.

 

La Chine est aujourd'hui le banquier de l' Amérique US du nord, et ferme son clapet: parce que si les "united states" déposent le bilan en reconnaissant qu'à force de jouer aux cons ils se sont mis sur la paille (confondre les "affaires" avec un jeu de hasard  (la bourse) permet d'espérer gagner beaucoup sans rien faire, mais comme ce doit être au détriment des autres, il faut que la grande majorité perde énormément, et on fait plus souvent partie de la grande majorité que des petits gâtés)

 

Bon, je ne vais pas refaire mon article de l'autre jour et j'y renvoie ceux qui ne l'ont pas lu. Ce qui est évident c'est que les choses graves, importantes, sont cachées par les journalistes voire même "aux" journalistes qui comptent sur les agences de presse pour faire leurs papiers.

 

Or une agence de presse c'est quoi ? Des journalistes, si on veut, qui travaillent comme la police avec des "indics" ! Quand il se passe quelque chose quelque part, il y a, pas loin, un gars aux oreilles grandes ouvertes qui prévient l'agence, laquelle envoie éventuellement un reporter ou se contente de trois lignes pour avoir l'air au courant si jamais il y avait un développement qui leur a échappé dans leur analyse.

 

Curieusement, il y a dans le monde les deux guerres citées, plus toutes ces guerres larvées mais potentiellement catastrophiques qui trouvent leurs sources dans des haines : En iran la haine des juifs d'Israël et la volonté manifestée dix fois de mettre une  bombe atomique sur la figure des juifs. Les Juifs qui ont de quoi répondre, mais une fois que c'est parti c'est trop tard pour tout le monde et je ne parle pas des victimes collatérales : le monde entier. Mais si ça ne pète pas entre l'Iran et Israël, ça va peut-être péter entre l'Inde et le Pakistan ? Eux aussi ont la bombe. Ou alors entre la Corée du nord et celle du sud ?

 

En réalité il n'y a que l'embarras du choix, et le monde paraît si petit aujourd'hui à la vitesse des transports  et compte tenu des armements disponibles, qu'aucune de ces guerres n'est sans danger pour l'occident.

 

Le serait-elle; parce que située à l'autre bout de la terre, ce serait alors comme la radioactivité de Fukushima, une question de temps, mais nous ne pouvons pas être à l'abri. Ne serait-ce que par l'importation de bêtes feuilles de thé radioactives. (Ravi d'apprendre que les douaniers sont équipés et savent de servir d'un compteur Geiger-Müller. Mais peut-être seulement pour ce qui vient du Japon ? Alors ce serait inquiétant car les Russes démantèlent des armements et vendent au noir des matières fissiles : et ça c'est pas des feuilles de thé)

 

La terre n'est plus l'immensité des anciens. Le nombre de la population est bien trop élevé pour que tous nous n'ayons pas déteints les uns sur les autres, et puis tant qu'on peut voler (en avion s'entend) plus rien n'est loin.

 

Il y a une notion qu'on utilise pour faire fonctionner l'arsenal de guerre et empêcher les soldats de s'endormir, c'est celle de "droit d'ingérence"

 

J'avoue que je suis pour ! Mais que je ne comprends pas toujours l'usage qu'on en fait ni qui décide !

Plutôt que de s'en servir pour la guerre, il faudrait aller exterminer les nuisibles qui rasent les forêts en Amérique du sud, jeter les dictateurs ou assimilés à bas quand ils encouragent ou laissent faire ça par intérêt.

 

Nous ne sommes pas propriétaires de la terre, nous en sommes des occupants parmi d'autres, et même si nous ne sommes pas assez intelligents pour comprendre par quels biais nous sommes tous : hommes, bêtes, insectes et microbes; interdépendants et vivants quasiment en osmose, nous devons l'admettre pendant qu'il est temps.

A la limite, la démonstration de cela ayant été faite de longue date, l'admettre ne coûte rien mais impose beaucoup de respect pour la nature et les autres vivants !

 

J'ai été et suis resté malgré la disparition des bons auteurs, un fervent lecteur de la littérature de science fiction- anticipation.

Retenons surtout ce mot "anticipation"

 

Il y a des gens doués pour, et d'autres qui sont incapables de prévoir les conséquences de leurs actes d'aujourd'hui à demain. L'ennui c'est que ce sont les seconds qui dirigent.

 

Je pourrais chercher parmi les cinq cent titres que je possède encore, je trouverais sans mal les bouquins écrits en cinquante ou soixante (voire avant) prévoyant les excès des hommes dans tous les domaines et leurs conséquences. On y trouve aussi des récits qui restent de l'anticipation mais pour combien de temps... je l'ignore, décrivant des "mineurs de l'espace" allant exploiter sur les astéroïdes ou sur les lunes de Saturne ou Jupiter des matières premières qui nous font défaut. La haute atmosphère Jovienne pourrait fournir plus de méthane que nous n'avons besoin pour le prochain millénaire. Par exemple. Alors après, comme il n'est pas question de voyager et faire voyager ces produits autrement qu'en utilisant les lois de la physique newtonienne, nous en ferions des sortes d'astéroïdes qui lancés sur une orbite solaire croiserait la route de la terre où automatiquement des systèmes d'atterrissage se mettraient en route à moins que des navettes les récupèrent. Une autre "Odyssée de l'espace" moins exploratrice qu'alimentaire ou élémentaire si j'ose dire, puisque ce sont des éléments épuisés sur Terre qu'il conviendrait d'aller chercher. On en reviendrait alors aux "trains de boulets" du regretté Jules Verne. 

 

Il y a un terme inventé par des anticipateurs, j'ignore si c'étaient des écrivains ou des scientifiques mais ils partagent ce mot aujourd'hui, c'est le "terramorphing" ce qui revient, partant d'une planète tellurique comme Mars mais aussi certains satellites des grosses planètes, à transformer cette planète en une sorte de "Terre bis" 

 

C'est utopique bien entendu, mais s'il n'est pas très crédible d'emporter de Terre de quoi modifier Mars (terres arables, eau liquide, oxygène et hydrogène) on peut par contre imaginer récupérer les ressources qui nous sont indispensables sur des astres à faible gravité ou depuis l'espace sur les grosses planètes dont la gravité nous transformerait en crèpes; et l'ayant conditionné sur place au mieux, l'expédier sur terre, charge aux terriens d'expédier dans le soleil les produits radioactifs dangereux, ce qui permettrait de conserver à la terre sa masse approximative que les astéroïdes et objets divers qui s'échouent sur elle, font croître de toute façon de plusieurs tonnes par an. En réalité la constitution des planètes n'est jamais totalement terminée.

 

C'est l'aventure et l'héroïsme du siècle prochain sans doute, plus tôt peut-être, qui permettra éventuellement de conserver une civilisation quand nous aurons épuisé les énergies fossiles.

 

Mais bien entendu rien de cette sorte ne sera possible en concurrence des pays les uns contre les autres. Non par générosité, mais parce que les coûts sont bien trop élevés et déjà aujourd'hui l'ISS va devoir définitivement se passer des navettes américaines et être ravitaillée par les Russes. Un comble quand on a vécu les années soixantes et cette compétition acharnée entre l'URSS et les US ! Pays pourtant déjà associés dans la victoire contre les nazis. Mais la guerre pour les principes c'est une chose, les guerres commerciales en sont une autre, bien plus cynique.

 

C'est pourquoi en réclamant une déconcentration générale, il n'en demeure pas moins nécessaire d'avoir une gestion centralisée. C'est ce qu'est en train de rater l'europe entre Strasbourg et Bruxelles mais l'idée est là ! Sauf qu'il faudrait l'appliquer au monde et non à une fraction du monde.

Sans compter que certains peuples ont des talents naturels inexploités. Prenez les restes d'indiens d'amérique qui n'ont pas été éliminés par les colons : Jamais les indiens n'ont construit d'habitations plus hautes que leurs wigwams et sinon ils vivaient dans des grottes. Cependant ce sont eux qui se promènent sans vertige aucun sur des poutres métalliques à deux cent mètres de haut ou plus. Peut-être que par rapport au "mal de l'espace" (enfermement, éloignement, crainte d'un retour impossible) il existe un peuple encore nomade ou qui s'adonne actuellement à la culture intensive, qui pourrait fournir ces mineurs de l'espace, destinés à travailler en scaphandre et vivre dans des caissons. Des conditions que peu d'hommes accepteraient, surtout au départ, quand tout sera à construire et rien très sûr !

 

Oui, je m'éloigne de certaines considérations récentes, et finalement je reviens à des considérations plus anciennes. Je ne renie rien, c'est simplement qu'il faut après avoir pointé du doigt les catastrophes à venir, indiquer de la main des solutions au moins "envisageables" surtout que la science permet de savoir où aller chercher, et quoi se procurer directement sur place pour alimenter les fusées mettant sur orbite les "vols de retour" ! Car le problème en matière spatiale c'est la masse à transporter au départ pour avoir le carburant du retour. Tout change si on revient aux frais de la "mine"

 

Enfin, rêve ou futur, il m'a semblé important après mon coup de gueule contre des crétins qui s'intéressent si peu à ce qu'ils écrivent qu'ils ne se relisent pas, de donner un espoir en regard de mes cris d'alarme passés.

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0