Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je sais que nos jeunes dans leur grande majorité ne savent plus ni écrire ni même parler, mais de là à se laisser mener par le bout du nez comme ça se passe sur facebook et ailleurs, j'avoue que je pensais que nous leur avions malgré tout légué un peu plus d'intelligence.

 

 

Je dis sans ambages à mes 'amis' facebookiens - assez stupides pour publier sur leur page des liens qui conduisent à des sites qu'on doit "liker" sans même savoir de quoi ils parlent, pour les voir - de ne pas compter sur moi pour partager leur bêtise et leur enthousiasme.

 

 

D'ailleurs pourquoi : "liker" alors que même facebook propose "j'aime" ?

Cette franglisation stupide est au niveau des escrocs qui se servent de la bêtise des premiers cités pour afficher des audiences et des "amours" qui ne correspondent strictement à rien. Les publicitaires qui paient pour cette audience se satisfont-ils de cet à-peu-près ? Car évidemment leurs prestations ne sont pas lues !

 

Mais de toute façon exiger des gens qu'ils aiment ce dont ils ne savent rien, c'est grotesque... et pourtant beaucoup le font ! Devenons nous une population de "grotesques" ?

 

 

Plus le temps passe, plus au hasard des articles lus on trouve de ces abus d'incompétence de la part de journalistes autoproclamés.

 

Mieux même, certains sites ou annonces sont traduits directement et sans correction humaine à l'aide de google qui est une merde infâme et peut tout juste aider à avoir une vague idée de ce qu'on lui demande de traduire. Encore faut il avoir beaucoup d'intuition et ne pas demander la traduction d'une langue trop exotique.

  (un exemple d'horreur absolue trouvée sur le bon coin :

      bommjourt jamnne toute vos soire' a petti prix jai ette dj en boite de pendem 7 ans et je suis a mon comte depuis 5 ans et ja mine tout vos soire mariage fète de fin d annèè amivaisair soire a theme soire annee 80 repas de depart en retraitre em fin ja minne toute vos soire je mix 19 mon stope dans la soire et jai un camion plin de matos que du matos de pro je ne des place pare tout et je fait signe un contra pour faire la soire je prend 80 euros pour toute la soire vous pou vais me comtacetè au 06 99 67 81 48 pour plus de dé plis ca si ont merci et a beinto dans vos soire je suis declare au URSSAF, munerot de Siren.)

Du coup, j'essaie de comprendre comment - en cette époque où Internet permet des communications inter continentales - on peut avoir un aussi grand mépris pour les langues et leur sens profond. J'ignore absolument si un Britannique qui a des notions de français peut comprendre le baragouin de certains, mais je sais bien que j'aie d'énormes difficultés avec les anglais qui écrivent comme ils parlent, et qui parlent mal (je préfère ne pas parler des usiens)

 

Du coup la lecture et la syntaxe, qui devraient être doublement encouragées par les nécessités de l'Internet, mais aussi de l'informatique qui ne supportent pas les à-peu-près, sont réduites à une bouillie de mots ou d'approximations de mots !

Les nuls en orthographes étaient jadis si honteux de leur inculture qu'ils n'osaient pas écrire et faisaient rédiger leurs correspondances par des parents ou amis de confiance. Aujourd'hui plus personne n'a honte d'être nul, et chacun expose sa médiocrité comme une qualité.

 

Toutefois, en dehors de certaines entreprise "djeunes" et branchées spécialisées dans l'inutile et vouées pour l'essentiel à une faillite précoce, les employeurs et les cadres continuent majoritairement de préférer aux nuls ceux qui ont étudié, fut-ce pour un travail manuel.

 

Pourquoi ? Mais tout simplement parce que ça montre qu'on a affaire à une personne dotée d'un cerveau et qui a su faire des efforts ; employé préférable on s'en doute aux fainéants et autres diminués mentaux : même si l'imbécilité n'est pas volontaire, elle reste une tare gênante professionnellement.

 

De grâce qu'on m'épargne les "bac plus cinq" et autres délires censés prouver qu'un individu est intelligent et instruit : j'ai rencontré plus d'ignares parmi les diplômés que sur les chantiers de construction. On distribue les diplômes comme le nain distribue la légion d'honneur au point qu'en être décoré devient une honte et que beaucoup l'ont rendue.

Il ne s'agit pas de réussir à éduquer les jeunes (le rôle de l'état depuis Jules Ferry en 1882 se limite à l'enseignement et donc à l'instruction, l'éducation étant l'affaire des familles) mais d'avoir des "résultats" qui permettent aux enseignants d'être bien notés. Ce que deviennent les jeunes avec leurs peaux d'ânes bidon n'intéresse personne.

 

Quand je pense au vieux père Bouasse si attentif à distinguer le style scientifique, rigoureux, du style littéraire, laborieux et inutile, il serait effrayé de constater à quel point ses successeurs sont indifférents au résultat de leur travail, ou devrais-je dire de leur absence de travail.

 

(lire sur ce blog dans les "pages" le discours sur le style de monsieur Bouasse, écrit en préface à un livre sur les interférences !)


         
Tag(s) : #Langue française

Partager cet article

Repost 0