Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je vois le monde tourner, avec ses hauts et ses bas, je vois des effluves nauséabond du passé refaire surface, comme si la mémoire dite collective n'était en fait que la mémoire de gens âgés et encore, pas tous, ceux qui ont véritablement vécu leur époque plutôt que de "politiquer" au coin des rades en se murfant la tronche.

La délation, à ne pas confondre avec la dénonciation de crimes, avait été mise à l'index; mais il semble qu'elle refait surface de plus belle.
La liberté qui était acquise sur beaucoup de points est remise en question, et bientôt ce qu'on voudra dire ou publier sera de nouveau soumis à la censure, parce que certains, peut-être, ont abusé de certaines libertés d'expression, mais surtout parce que le pouvoir est faible, inconsistant serait plus juste, agité par un nain velléitaire et non pas volontaire entouré de pauvres types plus intelligents que lui, aux yeux plus ouverts, et qui se mordent les couilles de l'avoir propulsé, alors qu'on ne pouvait que s'attendre à ce qui arrive avec un semi-invalide qui a besoin de se venger de toute la société.

Je suis né d'une mère allemande en 1943. Les aînés comprendront ce que ça signifiait pour mes parents et pour nous : quelque part la haine des "boches" était supérieure et de loin (les arguments ne manquaient pas pour stipendier l'occupant) à la haine pourtant farouche que certains cultivent pour les beurs et autres blacks. Moi j'aimerais avoir encore la faculté de les nommer par les qualificatifs usuels, mais "ça ne se fait pas" tellement pas que malgré la "liberté d'expression" je risque la potence ou presque quand j'écris nègre. Et pourtant quand nous voyons des reportages qui donnent la parole aux africains chez eux, ils parlent d'eux comme de "nègres" sans aucune arrière pensée, parce que c'est une couleur de peau et rien de plus.

Cet acharnement sur certains mots, sous prétexte que des abrutis s'en sont servis comme "insultes," est ridicule.

Prenez un mot du contexte politique : Démagogie. Démagogie est fabriqué avec deux mots grecs Déma : le peuple, et gogos : conduire. Le démagogue est celui qui conduit le peuple  : Belle insulte !
Autrement dit tous les politiques aux différents niveau de compétence qui, à travers les lois, les règlements locaux et les projets d'aménagements et autres proposent au peuple de construire son avenir, tous sont des démagogues au sens littéral du mot.
Comment ce mot est-il devenu une insulte ? Je l'ignore, très tôt semble-t-il. Proposer une nouvelle politique, enthousiasmer le peuple pour lui faire accepter des évolutions, des modifications, des révolutions aussi, nécessite d'être "suivi" par le peuple et donc c'est la définition même de la conduite du peuple, du "fuhrer" en allemagne (de triste mémoire) du grand timonier en chine (de triste mémoire) du petit père du peuple en russie soviétique(de triste mémoire) etc. etc. Bon, c'est vrai qu'après pareille énumération on se doute qu'après coup bien des gens comme les ministres d'aujourd'hui, comprennent qu'ils ont fait une énorme connerie. Staline une fois les pleins pouvoir acquis, à fini de faire exécuter tous ceux qui l'avaient porté au pouvoir, quand ils n'avaient pas déjà été assassinés comme Trotsky, au cours d'un fameux procès en 1936 (Et non, je n'étais pas né) Mais dans le même temps il y a eu tellement d'autres grand "leaders" (Fuhrers, conducteurs, c'est la traduction) qui eux ont dirigé des états sans vague et sans abus, et qu'on perdrait son temps à en faire la liste. Même Napoléon le petit (l'original était déjà un nain) c'est à dire Napoléon III a fait d'énormes choses bénéfiques pour Paris et la France et s'il s'est avéré incapable de gagner une guerre, c'est peut-être qu'il n'aimait pas la guerre, et franchement, il faut être une vraie saloperie pour aimer la guerre. D'ailleurs Bijard et quelques autres nous l'ont prouvé, sans parler des généraux d'amérique du sud liquidant les opposants par milliers à défaut d'avoir un ennemi extérieur.

Prenez à côté de ça le mot "démocratie" avec la même racine déma : le peuple et cratos : le gouvernement. Le peuple gouverné par le peuple, n'est-ce pas la meilleure définition qu'on puisse donner de l'anarchie ? Pas une anarchie intelligente, non, l'anarchie de la loi du plus fort. Car évidemment, si chaque membre de la société veut faire valoir ses propres lois, il ne peut qu'entrer en conflit avec son voisin qui veut, lui aussi, faire  appliquer les siennes. D'où "la raison du plus fort est toujours la meilleure" !

D'ailleurs, depuis que le gain des élections en politique, dans ce système pourri qu'est la démocratie (mais qu'on encense) est proportionnel à l'argent et aux complicités qu'on peut trouver auprès des gens de vrai pouvoir (celui de l'argent) la notion même de démocratie s'est évaporée.
Je ne dis pas que donner la même voix au crétin et au génie soit un bon système, mais il était vaguement conforme à la notion d'égalité "à la naissance" et tant que les crétins se laissaient un peu manipuler par les intelligences qui les environnaient, ça pouvait se concevoir. Avec la publicité politique les crétins sont manipulés comme par les marchands de lessive, et d'ailleurs ce sont bien les mêmes publicitaires, et ne subissent plus l'influence du voisinage ou de la parentèle, parce que le publicitaire, en flatteur avisé, arrive à leur faire croire qu'il sont intelligents s'ils votent pour leur candidat, mais que les adversaires ont évidemment pervertis leurs amis et parentèle. La preuve ? Eux, les crétins, ont une vie médiocre, tandis que leur parentèle et leur voisinage ont de meilleures situations, sauf les autres crétins, mais les crétins se traitent de crétins entre eux, faut pas croire, qu'est-ce que je fais d'autre en ce moment.
C'est bien précisément cette flagornerie destinée à s'attirer la sympathie des cons qu'on appelle la démagogie. Et ça marche : la preuve ? l'élection du nain !  Parce qu'il est clair que l'intelligence supérieure est plus rare que la bétise, que le laxisme et l'indifférence sont plus répandus que la responsabilité et l'implication, que l'inculture est plus représentée que la culture.

Non, ne me demandez pas de vous proposer un meilleur système. Il existe des modèles intéressants parmi tous ceux qui ont été imaginés. Mais ce sont moins des systèmes politiques que des systèmes économiques. Parmi eux il y a eu "l'économie distributive" je vous laisse chercher des informations sur le Net  si vous êtes curieux, mais cette proposition (qui évidemment ne fait pas la joie des financiers qui rient très fort, ni des escrocs qui gagnent leur vie en jouant à la bourse) est comme les solutions politiques qui ont, comme a priori, que les gens soient tous beaux, gentils et honnêtes. On n'est pas arrivés ! 
En gros, quand même, que vous ne mourriez pas idiots, le principe consiste à dire que nous surproduisons face à un pouvoir d'achat qui ne signifie plus rien. Les usines finiront par tourner quasiment seules avec l'informatisation et l'automatisation, donc plus de salariés, plus de revenus (c'est ce qui arrive au monde occidental en ce moment, sans vouloir trop insister) et des produits en quantité qui ne peuvent plus trouver preneurs, que ce soit en produits fabriqués ou en nourriture, hein, sans argent pas de Suisse, comme disait Brassens (les gens de basse condition, c'est pas, de ma juridiction) Donc on imagine une société où évidemment (système un peu soviétique quand même, mais tel qu'en réalité il n'a jamais été appliqué, et pour cause, il était cent ans en avance sur la technique) le gouvernement a en charge toute la production et répartit cette production en fonction des possibilités et des besoins des gens : Une datcha (lol), une voiture ou équivalent en transports communautaires, de la nourriture variée et en rapport de quantité avec la composition familiale et, comme personne ne serait tout à fait livré à lui même à ne rien faire du tout, des "datchas" et des "voitures" plus ou moins grosses et belles en fonction de l'utilité sociale de l'individu.

Bon, présenté comme ça on voit tout de suite que c'est inapplicable, que les petits fonctionnaires (mais si, il y en aura toujours) seront plus généreux en fonction d'amitiés, de copinage, de couchage aussi : ne fermons pas les yeux sur le cul qui fera toujours boîter les sociétés, et ce n'est pas la pute qui a couché avec Einthoven père et fils et qui a fait un enfant au mari de Justine Lévy qui dira le contraire, même si couchant désormais avec le nain elle a changé de rang et doit à présent moins chasser dans la philosophie et la chanson que dans la haute finance. C'est épuisant d'être marié avec une nymphomane, il aurait dû se méfier le gland.

J'abomine le nain ! Vous vous en doutiez ? Et j'abomine sa pute aussi. Mais ce n'est qu'une pute ordinaire que je ne trouve même pas belle, ni même jolie. Elégante à la rigueur, mais c'est tout et ça vient des fringues, parce que son corps... une limande sole, des hanches larges, pas de cul. Bref, je ne trahirais personne pour elle... (C'était un aparté)

Gouverner c'est prévoir  ! Ce n'est pas de moi, ce n'est pas nouveau, et pourtant à l'évidence c'est oublié. Le système des subprimes américaines ne pouvait que conduire à la faillite générale du système économique, et les escrocs qui étaient aux commandes de l'économie quand le système en question s'est enclenché, en croyant faire la fortune des banques, ont continué d'être des escrocs après avoir été révoqués ou avoir quitté le système officiel. Alors des escrocs il y en aura toujours, et de la police aussi, mais les escrocs sont beaucoup plus intelligents et n'entrent pas dans la police pour se faire la chasse entre eux, parce que c'est trop mal payé. Résultat : la police a régulièrement trente ans de retard sur les escrocs et n'en coffre que très peu. Mais tout ça ce sont des constats faciles (et non des constatations comme l'écrivent sans cesse les imbéciles qui doivent se prendre pour des OPJ) Ce quil faut avoir en mémoire c'est que, normalement, au-dessus des financiers (mais à leur botte) il y a les politiques, les tribuns. Ces chers présidents et autres ministres et juges qui doivent dire la loi, la faire, la faire appliquer et qui ont laissé faire parce qu'ils avaient leur part prévue sans doute, ou alors parce, qu'hélas, une fois de plus les crétins ont élu des crétins et que ces crétins se sont laissés manipuler par des escrocs plus futés (pléonasme) !

Car il faut bien admettre que deux seules options s'offrent pour qualifier nos politiques, et le cinglé américain n'est pas seul en cause, il y a les mêmes all around the world : Ou ils sont complices ou ils sont cons ! (Variante : Soit ils sont complices, soit ils sont cons)

Comme beaucoup de mes amis tentent de me faire admettre qu'ils sont plus intelligents que je ne crois....

Alors aux prochaînes élections sérieuses, pas si prochaines que ça hélas, sauf si on considère la gaminerie européenne comme une élection sérieuse, ferons nous partie des crétins, des manipulateurs ou des abstentionnistes ?

Pardon ? Il manque une catégorie ? C'est vrai ! Mais elle est si peu nombreuse que son vote a bien peu d'importance dans un tel système.


Tag(s) : #Nouveaux articles

Partager cet article

Repost 0