Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

11-03-25-20-06-14.jpg

Je vais vous demander de faire preuve d'un peu d'imagination pour commencer.

 

Imaginons que la France, plutôt qu'une grande nation (hum,) soit un village; ou mieux encore une copropriété !


Tout est une question d'échelle n'est-ce pas, les principes restent les mêmes.


Alors ce qui se passe dans une copro, si des dépenses doivent être engagées, c'est que sauf dans l'urgence, on n'en fait rien sans demander l'avis de tous, sauf aussi pour des sommes assez faibles qui sont à disposition du syndic avec l'obligation de rendre compte et de justifier des dépenses faites avec.

 

Il est courant dans une copro d'alimenter un fonds de réserve, fonds de prévoyance. C'est aussi ce que font les Français en cotisant pour leur retraite, leur sécurité sociale et même une mutuelle pour compléter (ce qui ne devrait pas exister ni être nécessaire) mais aussi en payant des impôts.

 

 

Même chose dans un village où le maire et ses adjoints connaissent et fréquentent tous les habitants.

 

Alors on se demande pourquoi à l'échelle d'un pays ces principes ne valent plus. Pourquoi les ministres (serviteurs) offrent des subsides volés dans nos économies (impôts, cotisations) à des associations, mais aussi à tout étranger qui en veut selon des termes et règles qui n'ont jamais fait l'objet d'une consultation.


Ce ne sont pas cinq cents quatre vingts députés, d'ailleurs fort peu présents lors des sessions de l'assemblée, qui peuvent représenter valablement l'opinion des français dans des domaines aussi pointus. Il y a le domaine politique en général, et celui là règle la vie dans le pays, imposant à chacun une participation aux dépenses légitimes de l'état, entretenant les fonctionnaires et réglant tous les problèmes internes. Et puis il y a l'utilisation abusive faite de l'argent demandé au titre des impôts et des cotisations diverses.

Avant de demander un référendum sur la peine de mort, que de toute façon on n'appliquera plus car c'est immoral, il faudrait demander un référendum sur l'utilisation des fonds publics en faveur des associations et des étrangers. (Pléonasme ? Presque)


C'est facile pour un politique d'avoir bon coeur avec l'argent des autres, mais qu'on laisse à chacun le droit de choisir s'il fera ou non l'aumône, et s'il la fait, il la fera en fonction de ses moyens et de sa générosité personnelle, pas de façon imposée. C'est ce qui se passe pour la recherche médicale qui pourtant, elle, devrait être de la responsabilité de l'état.

Regardez nos dirigeants qui empruntent à tour de bras pour alimenter de millions d'euros des associations qui s'entretiennent elles mêmes d'abord et se créent sans cesse de nouvelles causes pour engranger et voyager, sans qu'on se soucie un instant de l'opinion de ceux qui financent, involontairement de ce fait. Non, contre leur volonté serait plus juste.


Regardez l'AME, non, pas celle des croyants : l'Aide Médicale d'Etat, qui permet à tout étranger susceptible de payer un passeur pour arriver chez nous, de se faire soigner en toute gratuité en France. Y compris s'il a besoin d'une opération coûteuse ou d'une prothèse dentaire que vous ne pouvez vous offrir et que votre mutuelle ne rembourse qu'en toute petite partie.

Souvenez vous qu'un étranger qui s'installe en France va toucher une sorte de RSA, lui qui n'a jamais cotisé à rien, jamais payé d'impôts chez nous, ni ne descend de parents qui, eux, auraient payé jadis.


Pensez à toutes ces familles, inutiles à la nation, probablement pas du tout menacées dans leur pays d'origine qui a d'autres chats à fouetter, et que l'état loge dans des hôtels à nos frais, à cause d'actrices ou de chanteuses qui viennent de Suisse devant les églises pleurer la cause de ces malheureux, puis retournent à l'abri de notre fisc continuer leur vie tranquille à Genève, Gstadt ou ailleurs. Facile la générosité non concernée ! 


Prenez une situation loufoque : Vous n'avez plus un rond et vous allez trouver votre banquier pour qu'il vous avance de quoi faire l'aumône en grand. Il va vous rire au nez, il sait que vous êtes déjà devenu insolvable à cause d'une générosité maladive et d'une bêtise rédhibitoire. C'en est compulsif comme une addiction au jeu.


Or ce scénario ridicule c'est celui de la France, endettée jusqu'à la gauche, et qui continue (en augmentant son endettement) ses largesses pour lesquelles les députés ne sont pas représentatifs de la France et des Français.


Ils ne le sont pas parce qu'ils sont trop généreusement payés pour continuer à se rendre compte de ce que vivent leurs concitoyens si jamais ils l'ont su.

En plus, quand on regarde les séances à l'assemblée, ils ne sont pas là: un tout petit nombre vient les poches remplies de pouvoirs. Tous bons à foutre à la porte. 

 

Sur les sujets qui engagent les finances des Français, sans que ça présente un intérêt direct pour eux ou leur avenir, il est incroyable qu'on ose prendre des décisions sans les consulter. Bien entendu le système du référendum est lourd et coûteux. Mais c'est parce que ça n'arrange pas nos élites (hum hum) de nous donner la parole. 


Prenez le cas des impôts et autres documents faisant foi : il est désormais courant de faire les démarches par Internet. On peut même imaginer des cartes d'identité comportant un code graphique permettant de signer sur Internet.


On m'objectera qu'alors le mari pourrait s'assurer du vote de sa femme ou inversement, ou surveiller ceux de leurs enfants majeurs encore au foyer. Mais rien n'interdit à chacun, en fonction de son désir de discrétion, d'accomplir son geste citoyen en s'assurant qu'il est seul.


Et qu'on ne vienne pas m'objecter qu'alors on pourrait acheter des voix : pour que ce soit représentatif il faudrait que le parti tricheur ait une armée à positionner chez des millions de gens !


 

Et puis d'ailleurs peu importe la façon de consulter les gens, le plus important c'est que la chape de plomb qui pèse sur chacun de nous pour nous donner mauvaise conscience quand nous disons le vrai (mais pas le conforme à la pensée unique) et nous impose le silence, nous paraisse soudain moins épaisse, parce que moins partagée par les autres. Dans tous les mensonges entretenus par une caste, il suffit comme dans un tricot qu'un fil lâche pour que tout suive. Que soudain l'un des menteurs en ait marre de faire semblant.

 

Prenez, chez les musulmans, le "vieux de la montagne" il dirigeait une caste qui utilisait des kamikazes (entre les ans 900 et 1200 en gros; oui, déjà) pour aller assassiner les chefs ennemis, souvent pendant leur prière dans les mosquées.


Ils tuaient, étaient pris et tués, parfois en étant jetés au feu, mais y allaient en arborant le visage extatique du "fou de dieu"


En réalité comment avaient ils été convaincus, ces membres de la secte des assassins  ?


Une fois désignés, on mêlait du hashish à leur nourriture (gelée de rose) ce qui les assoupissait car leur chef leur parlait longuement. On les transportait alors discrètement dans un merveilleux jardin caché de la citadelle où, au milieu des fleurs et abreuvés de vins et de bonnes choses, ils pouvaient se livrer aux pires obscénités avec de jeunes esclaves, filles et garçons, mis à leur disposition. De plus, leurs vêtements ordinaires, râpés souvent, avaient été remplacés par de magnifiques robes vertes tissées d'or. On les endormait ensuite de nouveau par la nourriture, on les revêtait de leurs vieux habits et on les ramenait. Le vieux (ou le sage) leur disait alors que par ses pouvoirs il les avait transportés brièvement au paradis d'Allah, où ils retourneraient pour toujours en mourant en guerriers.


C'était un énorme mensonge qui, s'il avait été révélé mettait en l'air tout le stratagème. Aussi seuls les prêtres du sixième niveau savaient, et les esclaves ne sortaient jamais de leur enclave. Qu'un seul prêtre haut placé dans la hiérarchie parle et tout s'écroulait. Je subodore qu'il a dû y avoir quelques morts dans la forteresse pour maintenir le silence, mais comme un jour elle s'est rendue sans combat il faut croire que ça n'a pas suffit.


Nous devons de même refuser de cautionner cette idée - qu'on nous impose - que nous devons être à l'origine de tout le mal du monde, puisque c'est à nous qu'on demande de le réparer ! 


Alors de grâce, cessez de vous laisser mener par le bout du "bon coeur" et réfléchissez au tort que vous vous faites et que vous faites aux vôtres en cautionnant ces manigances dont le but réel est de favoriser les multinationales vis à vis d'états que l'émigration d'un bon nombre des leurs arrange : Opposants éloignés et argent rentrant !


Total ne vous dit pourtant pas merci puisque c'est le plus cher des pétroliers en France alors qu'il est Français (en théorie) ! Mais grâce à vous il signe quand même des contrats qu'il n'aurait sans doute pas eus si nous étions plus intransigeants ! 

 

Enfin, moi je dis ça parce que je m'en fous au fond : je n'ai pas d'actions dans le pétrole, ni ailleurs d'ailleurs !

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0