Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A l'heure où facebook nomme "amis" des personnes rencontrées sur le Net et jamais en vrai, à l'heure où ce même terme est utilisé dans les club rotariens pour désigner les membres qui vont se battre pour les places d'honneur, je me pose la question :

 

Au fond; à quel moment pouvons nous définir un "ami" véritable au milieu d'une mer de rencontres, relations et copains ?

 

Je sais bien que je n'aurai pas trouvé de réponse à la fin de mon article, si c'était possible, je pense qu'à mon âge j'y serai déjà parvenu. Mais j'ai des pistes.

 

Pour commencer, comme on ne peut pas devenir amis, (ou exceptionnellement et avec des risques,) comme on tombe amoureux sur un coup de foudre, il ne faut éloigner aucune de nos relations de la possibilité de le devenir !

Il va simplement falloir qu'il/elle fasse ses preuves. 

 

Un ami c'est quelqu'un qu'on a plaisir à voir, recevoir, entrer en relation. Il est donc nécessaire qu'on s'entende bien sur de nombreux points.

Un ami c'est quelqu'un qui existe aussi en dehors de nous, il faut donc qu'on n'entre pas en concurrence avec lui au risque de tout fausser dans les rapports, qu'ils soient amoureux ou sociaux (professionnels, associatifs etc.)

 

Un ami doit donc s'être suffisamment ouvert à vous pour que vous connaissiez de lui, outre son caractère, de nombreux points de ses choix sans pour autant qu'il soit nécessaire que vous les partagiez tous. Il faut donc que sa nature vous ait aussi donné le désir de vous ouvrir à lui quand votre relation n'était encore qu'une relation, du copinage ou de la confraternité. (relation de travail) On conçoit qu'en conséquence les gens intolérants ne peuvent pas avoir d'amis, car ce seraient alors leurs doubles et la relation d'amitié n'aurait aucun sens.

Il doit y avoir des tests qu'on peut faire pour reconnaître un ami véritable c'est à dire sincère dans ses déclarations d'amitié, disponible si vous avez vraiment besoin de lui, mais sans jamais abuser. Et la corollaire c'est que vous devez sauter dans votre pantalon (jupe, robe, djellaba) si soudain en pleine nuit il demande votre aide d'urgence ou simplement votre présence.

 

Car bien entendu le processus "d'amification" doit se faire des deux côtés.

 

Je prétends que la grande majorité des gens qui parlent de leurs "amis" ne font allusion qu'à leurs relations, et je regrette qu'ils utilisent le terme alors qu'eux mêmes ne sont pas dupes. S'il suffisait d'organiser une soirée à cent pique-assiettes pour que ceux ci aient droit à se prétendre vos amis, avouez que vous seriez vite encombrés de toute cette amitié généralement à sens unique.

 

Parfois on nomme "ami" un condisciple d'étude avec lequel on n'a jamais cessé de correspondre, de se voir, de se recevoir et jusque - pour les croyants, - s'offrir l'un l'autre le parrainage d'un des enfants. Mais à l'examen des circonstances au cours desquelles on se voit et revoit, il n'est pas bien certain que l'"ami" en question passerait le test d'amitié. Il suffit que professionnellement ou par proximité citoyenne ou par affinité politique on se retrouve fréquemment en dehors de l'attirance amicale pour confondre les deux, alors qu'on ne partage peut être pas le même respect et intérêt pour les mêmes choses.

 

Souvent un ami s'inquiète de votre absence ou de l'absence de nouvelles de vous, avant même que vous l'ayez alerté sur vos difficultés. De votre côté vous en voulez à un ami de vous laisser sans nouvelles et vous le relancez d'une ou l'autre manière avec inquiétude. A cela vous reconnaissez que vous considérez cette personne comme ami(e)

 

Je ne prétends pas avoir de nombreux amis, non. J'ai de la famille et la relation est alors sur un autre plan, et sans doute un ou deux amis. Ce qui est déjà bien quand on considère sur quel égoïsme se construisent les vies aujourd'hui. Et je ne prétends pas être seulement victime : la société nous conduit, nous contraint, nous oblige. Elle nous éloigne souvent trop pour qu'une amitié subsiste quand elle ne rend pas indifférent aux soucis des autres tant on est focalisé sur les siens propres.

 

Il y a une forme d'amitié, plutôt rare, qui permet à des personnes jeunes d'aimer leur relation avec une personne plus âgée et réciproquement. Un peu comme quand pour différentes raisons on se cherche une relation "parent / enfant" à laquelle on n'a pas vraiment eu droit avec ses propres parents /progéniture. C'est pourtant souvent une relation enrichissante d'une expérience morale, philosophique et parfois professionnelle qu'on ne pourrait trouver auprès d'une personne de notre génération, et ce dans les deux sens car si les "vieux" peuvent apporter beaucoup sur le plan général, les jeunes peuvent aider les anciens à comprendre le monde d'aujourd'hui, qui évolue si vite et si anarchiquement bien souvent.

 

Il se pose une seconde question : "Peut-on avoir de nombreux amis ?"

 

Je suis tenté de répondre que non. Parce que si on peut se rendre disponible au nom de l'amitié pour quelques amis, plus leur nombre s'accroît, plus la probabilité de ne plus passer une minute dans son lit s'accroît aussi. Mais en même temps s'accroît aussi la probabilité que vous soyez victime d'amitiés prétendues qui frôlent l'escroquerie.

 

On peut, dans certains cadres, avoir des amis "statutaires" ! En réalité l'amitié peut exister entre quelques membres mais c'est et j'allais dire "ce n'est que" la solidarité qui sera vraiment statutaire. 

 

On pourrait parler de l'amitié hommes / femmes sur laquelle on se pose souvent la question : est-elle possible, sincère ? N'y a-t-il jamais en arrière plan une connotation de désir ?

La réponse est personnelle, et même si je pense que heureusement entre hommes et femmes hétéros la connotation de désir n'est jamais totalement exclue, elle reste suffisamment à l'arrière plan pour qu'on puisse être amis même avec une personne de l'autre sexe douée de tous les atouts et charmes que la nature octroie parfois. Naturellement c'est plus difficile et parfois risqué, mais on n'a pas le droit de l'exclure et de s'enfermer dans des relations amicales strictement avec des personnes de son sexe. On imagine aisément que cette attitude a été à l'origine de la longue incompréhension entre hommes et femmes, et par voie de conséquence, (les hommes détenant la force physique et donc le pouvoir), le traitement des femmes comme individus de seconde catégorie.

 

Pour conclure sans conclusion réelle, je dirai que l'amitié c'est une relation amoureuse sans la sexualité. On aime la présence de l'autre, on aime discuter et même débattre, on aime partager les mêmes souvenirs et s'échanger livres et infos.

On sait qu'on peut compter l'un sur l'autre même si ça lui demande un effort et qu'on n'abusera jamais de cette amitié par intérêt, et que de notre côté nous ferons notre maximum pour nous rendre disponible et plus encore pour un ami qui en a besoin.

L'amitié, ce n'est pas se souvenir vingt ans après qu'on s'est prétendu ami en assistant pompeusement aux obsèques de l'ami défunt !

 

L'amitié c'est un don, c'est la rencontre de deux êtres "compatibles" mais différents et c'est pourquoi c'est précieux et rare comme l'amour lui même !

Tag(s) : #Philosophie

Partager cet article

Repost 0