Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Indépendamment des ridiculeries de BP dont les forages aléatoires à 1500 mètres de profondeur indiquent à quel point la situation est grave, nous savons, et j'en ai parlé ici, qu'après moins de cent ans nous aurons fini de consommer le pétrole stocké depuis des centaines de millions d'années par la nature.

 

Qu'on en recule l'échéance ou pas, le jour de la dernière goutte viendra vite, et il faudra alors faire avec un monde organisé autour du pétrole à quasiment 100%

 

 Il faudra recréer chez nous les usines expatriées au diable vauvert, et trouver un personnel formé pour les faire tourner. Rien que ça devrait être un casse tête quand on a cessé de produire par nous mêmes au long de deux générations. Et pourtant le transport de marchandises d'un bout à l'autre de la planète sur des bateaux (quelle que soit l'énergie utilisée) sera à la fois trop long et trop cher.

 

 Je vous rappelle que c'est pour demain !

 

Les avions ? Oh, je suis sûr qu'on trouvera moyen de faire voler des avions à hélice avec de l'électricité, peut être même une autre forme de propulsion à turbine, plus efficace, mais les appareils actuels sont construits pour la casse, et plus ils sont gros, lourds et gourmands en énergie, moins la probabilité de pouvoir les adapter est envisageable.

 

Rien que cette hypothèse qui n'est que de la prospective, je veux dire de l'anticipation évidente d'un futur proche, devrait mobiliser nos élites, bien plus qu'un ordre mondial qui sera de toute façon à revoir intégralement, même si je ne doute pas un instant que les puissances nucléaires cacheront des réserves de combustibles pour leurs vecteurs atomiques, le reste de la société sera bouleversé au plan mondial.

 

Je ne crois pas en effet que les Chinois ou les Indiens aient en interne le besoin des gadgets et autres ordinateurs ou véhicules qu'ils construisent, que les réserves de dollars des émirats seront encore intéressantes pour les pays affamés pas plus d'ailleurs que leurs hôtels cinq étoiles sur les Champs Élysées ou place Tien an Men.

 

Ce que nous considérons aujourd'hui comme des valeurs ne sera plus que du papier ou des marchandises invendables. Les cimetières de véhicules à pétrole seront la plus grosse réserve de matière première pour les fonderies que nous auront recréées et qui fabriqueront les tôles et poutres nécessaires à une autre économie.

 

La crise actuelle à côté de ces évidences est une plaisanterie, et si vous avez des amis qui viennent d'acheter une Ferrari, une Lamborghini ou une simple Porsche, vous pouvez déjà leur rire au nez car ils devraient plutôt se faire construire un abri sûr où entreposer des matières alimentaires non périssables, ça deviendra vite une source de richesse, tandis que la ferraille ira à la ferraille.

 

Peut-être que les politiques qui ont une vision à long, ou même moyen terme, s'inquiètent déjà malgré les rassurances apportées par de faux experts qui disent ce qu'on a envie d'entendre et sont bien incapables de faire des projections réalistes; Ils continuent de réfléchir en matière de rentabilité quand il s'agit de réfléchir en matière de survie et de sauvegarde d'une civilisation.

Ce qui inclut la sauvegarde des générations à venir, à condition d'en limiter strictement le nombre, notre bonne vieille boule bleue a ses limites.

 

Avant même peut-être que nous ayons atteint cette situation, qui nous pend au nez pourtant, le réchauffement climatique aura submergé des pays entiers, et l'on a commencé à dénombrer les réfugiés "climatiques" de ces pays qui vont disparaître sous l'eau. On doit compter en centaines de millions de personnes et pas des moins fécondes, ce qui n'arrange rien pour le jour où ces gens devront être déplacés.

A moins bien sûr que le principe d'égoïsme prévale et qu'on les laisse se noyer s'ils ne sont pas capables seuls de gagner des rivages moins risqués. Rivages dont les riverains les chasseront effrayés par le nombre. Les génocides nazis et autres massacres africains qui cachent leur nom, passeront alors pour du pipi de chat. Quand chacun se bat pour sa peau, et au mieux sa famille, les considérations humanitaires ne sont plus que des débilités intellectuelles tout justes bonnes à secouer de sanglots de rire des gens épuisés devant la mort de tout ce qu'ils croyaient stable, inamovible et impérissable.

 

Demain l'apocalypse ? Oui, sans doute ! Mais sans besoin de missiles ni de dieux et de démons : les hommes y auront suffit en se lançant sans réflexion dans une unique voie sous la férule de fous affairistes pour qui le bonheur parfait n'avait besoin de durer que le temps de leur propre vie !

 

Il faut couper des têtes même si c'est trop tard : ça soulage.

 

Tag(s) : #Société et écologie

Partager cet article

Repost 0