Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Après l'éprouvante démonstration de stupidité crasse faite pas la dernière équipe de France de football (on espère que c'était la toute dernière sélection de ces poux puants) voici enfin une jeunesse black-blanc-beur qui crée l'enthousiasme et nous réconcilie avec notre jeunesse.

Oh ceux là ne se font pas des huit cent mille euros par mois, mais l'athlétisme comme la gymnastique ou la natation, qui sont parmi les plus beaux sports, n'ont pas eu jusqu'à présent l'heur de plaire au grand public.

 

Qu'importe, nous qui aimons ces sports olympiques et la beauté des efforts et des corps n'allons pas bouder notre joie devant ces jeunes admirables qui se sont surpassés même si, comme le soulignent des commentateurs qui décidément cherchent à nous les briser, les meilleurs ne sont pas forcément déjà au niveau mondial.

En même temps je demande à vérifier que les supers-champions soient contrôlés plutôt deux fois qu'une, car on voit bien et depuis bien longtemps, que les possibilités supérieures des capacités humaines ont leurs limites. Certes, nos athlètes sont en moyenne plus grands et mieux nourris qu'il y a quelques décennies, mais quand même, la chasse aux amphètes et autres réinjections en auto transfusion n'est pas terminée, loin de là, et ce ne serait pas la première fois qu'on  retirerait à un pseudo champion son pseudo record, obtenu avec un moteur biologique dans le cul et une promesse d'obsèques prématurées à la clé.

 

Évidemment j'ai regretté que pas un n'ait refusé d'aller faire une risette au nain. Non seulement on se serait marré, mais en plus ce n'est pas possible que ces jeunes là aient de l'affection ou de la sympathie pour ce hongrois raccourci. On va dire qu'ils ont profité de l'occase pour bouffer à l'oeil et visiter l'Élyséesans attendre les rares occasions officielles. Il y en a quand même un paquet dans le lot, qui doivent modérément apprécier qu'on veuille que leur nationalité soit incertainement sure.

 

Mais on peut craindre que les entraîneurs et la hiérarchie d'un sport qui n'est certainement pas source d'importants revenus et dépend donc de l'état, aient très mal vécus pour leur propre situation un gag de cette nature. Donc je ne leur en tient pas rigueur, le tout est qu'ils s'expriment dans les urnes sans s'occuper d'une supposée dette vis à vis du clown de l'Elysée.

 

Évidemment que comme n'importe qui j'aurais préféré qu'il y ait une plus forte proportion de Durand-Martin-Dupont. Non que les autres me gênent ou que je les aime moins, mais cette "absence" donne l'impression que notre vieille France à des enfants de plus en plus "fin de race" alors que la réalité, je l'espère, c'est la fainéantise et l'absence de besoin de se prouver et de prouver aux autres qu'on a le courage de consacrer des années à travailler pour un but incertain mais magique.

A ce titre je salue très bas nos athlètes qui ne sont pas montés sur le podium mais qui eux aussi se sont donnés à fond, avant et pendant. Qu'on imagine le travail, l'endurance qu'il faut pour en arriver à concourir contre des dizaines d'autres compétiteurs qui ont eux aussi travaillé comme des fous et méritent eux aussi de gagner. Or on n'en retient que trois au final chaque fois, pour des centièmes de secondes ou des millimètres qui, quand même, ne sont souvent qu'un effet conjoncturel sans véritable signification par rapport aux capacités et au travail préalable (Il n'est que de voir le nombre de ceux qui gagnent ou non sans avoir même atteint leur propre record personnel).

 

Pour moi des champions, podiumés ou pas, de cette graine sont tous également admirables. Et je pense aussi aux nageurs qui chaque jours nagent des kilomètres pour gagner ou perdre au bout du compte dans des compétions de deux ou quatre longueurs de piscine.

La glorieuse incertitude du sport ne doit pas - comme si nous jouions au loto - éliminer sans appel ceux qui cette fois n'ont pas fait les premiers temps, et ceci est naturellement valable aussi pour les athlètes non Français.

 

J'ai eu chaud au coeur de vor ces jeunes épaules se couvrir avec joie du drapeau Français après leur victoire et l'exhiber glorieusement. Certes, ils ne chantent pas encore souvent notre Marseillaise aux paroles si racistes (un sang impur !!!!) Mais ceux là sont fiers d'être Français et qu'importe leur couleur et leur confession, nous voulons espérer qu'ils soient les modèles de toute la jeunesse, eux qui ne flambent pas (encore ?) en voiture de sport, en traversant le vulgum pecum* avec mépris, souvent même inconscients de sa présence.

 

Que meure le football professionnel, sport de dégénérés présomptueux dont le seul but est l'argent, et que vivent les véritables sports olympiques qui associent mens sana et corpore sano !**

 

* la plèbe, le petit peuple

** un esprit sain et un corps sain

 

P.S. : Et qu'aux habitudes trop laxistes les concernant, les footeux aient à se faire contrôler à chaque match; chez eux aussi le nombre de drogués ne doit pas être triste !

Tag(s) : #Philosophie

Partager cet article

Repost 0